Cette page Web a été archivée dans le Web.

2000 avril — Rapport du vérificateur général du Canada

Rapport d'avril 2000 — Chapitre 7

Pièce 7.6 — Scénario typique de recours aux services du Centre d'information de la police canadienne

Un agent de police de Vancouver voit une voiture portant une plaque d'immatriculation de l'Ontario stationnée de manière suspecte en arrière d'un complexe d'entreposage à 2 h 30 du matin. Il se met immédiatement en communication radio avec l'opérateur local du terminal du Centre d'information de la police canadienne (CIPC). L'agent de police décrit la voiture et la plaque d'immatriculation et interroge le système du CIPC à propos de la voiture. En moins de 60 secondes, on lui fait savoir que la voiture a été volée huit jours auparavant à Halifax et que les plaques d'immatriculation ont été volées récemment à Toronto. Il demande de l'aide et reste en observation jusqu'à ce que d'autres agents de police arrivent sur les lieux. Peu de temps après, deux hommes sont appréhendés au moment où ils entrent dans le véhicule. La description des deux hommes est transmise au CIPC pour une interrogation du fichier des personnes recherchées. Les réponses rapides du système révèlent qu'un des deux individus est recherché pour vol qualifié et fraude. L'autre, un dangereux criminel, est recherché par les forces policières dans tout le Canada pour une série de crimes violents.

Des messages destinés à confirmer toutes les données incriminantes auprès des organismes d'origine ont été diffusés par l'entremise du système de communication du CIPC. Entre-temps, une fouille du véhicule volé a produit des preuves utiles : des armes d'autorisation restreinte et une trousse d'outils de cambriolage fabriqués sur mesure.

Même si les policiers agissent généralement avec prudence, l'information portant sur une situation ou une personne à haut risque peut leur fournir des signes avant-coureurs de problèmes imminents. De tels renseignements peuvent également contribuer à localiser et arrêter des criminels en liberté avant qu'ils puissent causer d'autres dommages. Une information de piètre qualité dans le système du CIPC ou l'incapacité d'accéder au système peut avoir des répercussions évidentes pour la police et le public.

Source : Les systèmes et le réseau du CIPC (publication de la GRC)