Cette page Web a été archivée dans le Web.

1998 avril — Rapport du vérificateur général du Canada

Rapport d'avril 1998 — Chapitre 1

Pièce 1.10 — Incidence des mesures d'encouragement sur les groupes de la vérification, de la gestion des systèmes d'ordinateurs et de la direction

Nous avons comparé les fluctuations du nombre d'employés nommés pour une période indéterminée dans ces groupes professionnels entre avril 1994 et mars 1997 pour établir l'incidence globale des mesures d'encouragement. Nous avons constaté ce qui suit.

  • Vérification (AU). La grande majorité (environ 450, soit 94 p. 100) des vérificateurs qui ont quitté la fonction publique entre avril 1994 et mars 1997 n'ont bénéficié d'aucune mesure d'encouragement au départ. Bien que quelques personnes (30, soit 6 p. 100) aient bénéficié de ces mesures, il s'agissait de cas isolés pour tout le Canada ou en Ontario. Nous avons constaté également que le nombre de nouvelles recrues avait chuté sensiblement entre 1994 et 1997, comparativement aux années précédentes. Ce groupe comptait environ 5 100 membres en mars 1994 et également en mars 1997. Les mesures d'encouragement n'ont pas eu une grande incidence sur l'attrition naturelle, ni sur le taux de départ total.
  • Gestion des systèmes d'ordinateurs (CS) . Le groupe CS a gagné quelque 900 membres, pour passer de 6 200 en avril 1994 à environ 7 100 en mars 1997. En 1994-1995, le taux d'attrition naturelle était d'environ 2 p. 100, soit un taux inférieur à celui applicable à la fonction publique. Il s'est accru pour s'établir à 3,5 p. 100, soit un taux supérieur à celui de la fonction publique, qui était d'environ 2 p. 100 en 1995-1996 et en 1996-1997. Toutefois, pendant la même période, à peu près 430 spécialistes en systèmes d'ordinateurs ont bénéficié d'une mesure d'encouragement pour quitter la fonction publique ou prendre leur retraite. Le taux d'attrition naturelle a chuté, mais le taux de départ total a augmenté pour s'établir à environ 6 p.100. La majorité des employés qui ont quitté leur emploi et bénéficié de mesures d'encouragement se situaient aux niveaux CS-2 et CS-3 dans la région de la capitale nationale. Au cours de la même période, environ 650 personnes ont été recrutées, pour la plupart au niveau d'entrée (CS-1). En octobre 1997, le gouvernement a conclu une convention collective qui prévoyait des paiements forfaitaires pour inciter les spécialistes en systèmes d'ordinateurs à rester dans la fonction publique. Par ailleurs, il a été rapporté qu'il faudra recruter peut-être 2 000 spécialistes pour régler les questions de l'an 2000.
  • Direction (EX). Entre avril 1994 et mars 1997, le groupe de la direction a perdu 600 membres, soit une réduction de 16 p. 100, pour passer d'environ 3 850 à environ 3 250. En 1994-1995, le taux d'attrition naturelle était plus élevé que celui de la fonction publique dans son ensemble, oscillant entre 6 et 15 p. 100, selon le niveau. Entre mars 1995 et mars 1997, environ 500 cadres de direction ont quitté la fonction publique sans bénéficier d'une mesure d'encouragement, alors que 650 se sont prévalus de mesures d'encouragement. La majorité d'entre eux ont profité du Programme d'encouragement à la retraite anticipée, mais un nombre important ont bénéficié d'une mesure d'encouragement au titre de la Politique de transition dans la carrière pour les cadres de direction (voir l'annexe A). Le taux d'attrition naturelle applicable au groupe de la direction a chuté à environ 3 p. 100, mais le taux de départ total se situait entre 7 et 10 p. 100, selon le niveau. Entre 1995 et 1997, quelque 80 cadres de direction ont été recrutés à l'extérieur, dont un bon nombre au niveau EX-1.
Source : dossiers sur les titulaires et la mobilité