Choisir les sujets des audits de performance

Le Bureau du vérificateur général effectue chaque année entre 25 et 30 audits de performance au sein des ministères et organismes fédéraux. Aux termes de la Loi sur le vérificateur général, le Bureau dispose d’un pouvoir discrétionnaire considérable pour déterminer les secteurs du gouvernement qui seront audités dans le cadre de ces audits.

Les audits de performance visent l’examen des activités du gouvernement; ils sont planifiés et effectués par des professionnels en exercice qualifiés et indépendants, conformément aux normes de la profession et aux politiques du Bureau. Dans le cadre des audits de performance, les auditeurs examinent les activités du gouvernement en fonction de critères établis; ils cherchent à déterminer si ces activités sont gérées de manière à accorder toute l’importance voulue à l’économie, à l’efficience et aux effets sur l’environnement, et si le gouvernement dispose de moyens pour en mesurer l’efficacité.

Le Bureau peut décider d’auditer un programme ou une activité en particulier (comme la réglementation sur les pesticides), un secteur de responsabilité qui relève de plusieurs ministères ou organismes (comme la protection du patrimoine culturel) ou un sujet qui concerne un grand nombre de ministères (comme la sécurité des technologies de l’information).

Étant donné la multitude des activités menées par le gouvernement, le choix du sujet d’un audit de performance n’est fait qu’au terme d’un processus complexe et exigeant. Pour ce faire, il faut bien connaître les rouages du gouvernement et les organisations qui le composent et faire preuve d’un solide jugement professionnel. Il est essentiel de bien choisir les sujets à auditer pour être en mesure de produire des rapports qui seront utiles au Parlement. C’est la raison pour laquelle le Bureau consacre beaucoup d’efforts à ce processus de sélection.

Le Bureau entame la planification de ses audits plusieurs années à l’avance. Il effectue d’abord une analyse exhaustive des risques et dresse l’inventaire des secteurs qui sont les plus importants et les plus pertinents pour le Parlement. Le Bureau doit aussi tenir compte de questions pratiques, comme la disponibilité de ses ressources financières et humaines.

Pour choisir les sujets de ses audits, le Bureau cible les secteurs qui présentent les risques les plus élevés pour le gouvernement fédéral. Ces secteurs à risque sont ceux qui, par exemple, pourraient coûter cher aux contribuables ou menacer la santé et la sécurité des Canadiens si un problème survenait.

Le Bureau accorde une attention toute particulière aux sujets d’audit qui font l’objet d’une demande de la part de comités parlementaires; cependant, c’est le vérificateur général qui prend la décision finale.

Le vérificateur général n’audite pas les sujets qui ne relèvent pas du mandat du Bureau. Il s’agit notamment de toute décision portant sur les politiques, qui est la prérogative du Parlement et du gouvernement, et des secteurs qui relèvent exclusivement de la compétence des Premières nations, des provinces ou des municipalités.

 

Version PDF

Pour consulter la version PDF (format de document portable), vous devez avoir un lecteur PDF sur votre ordinateur. Si vous n’en avez pas déjà un, il existe de nombreux lecteurs PDF que vous pouvez télécharger gratuitement ou acheter dans Internet :