Inforoute Santé Canada a réalisé bien des choses depuis sa création

(Chapitre 4 — Les dossiers de santé électroniques - Rapport d’automne 2009 de la vérificatrice générale)

Ottawa, le 3 novembre 2009 — Inforoute Santé du Canada, la société sans but lucratif qui a été créée en 2001 pour diriger la mise en place d’un système national de dossiers de santé électroniques, a réalisé bien des choses en huit ans, affirme la vérificatrice générale du Canada, Sheila Fraser, dans son rapport déposé aujourd’hui à la Chambre des communes. La vérification a montré qu’Inforoute a défini les principales exigences et éléments des systèmes de dossiers de santé électroniques et a préparé un plan directeur pour en guider la conception.

Inforoute s’est fixé comme objectif que d’ici 2010, 50 % des Canadiens auront un dossier de santé électronique que pourront consulter les professionnels de la santé qui les soignent.

« Inforoute a consacré beaucoup d’effort à rendre compte des progrès réalisés, mais certains des chiffres qu’elle rapporte ne sont pas clairs », a souligné Mme Fraser.

Ainsi, Inforoute rapporte que 17 % des Canadiens habitent une province ou un territoire où il existe un système de dossiers électroniques complet, mais la vérification a noté qu’Inforoute ne précise pas, dans ses rapports, que ce n’est pas parce qu’un système existe que les professionnels de la santé l’utilisent.

En date de mars 2009, le gouvernement fédéral avait versé à Inforoute 1,2 milliard de dollars à investir conjointement avec les provinces et les territoires dans des projets devant accélérer la création et l’utilisation des dossiers de santé électroniques compatibles à l’échelle du Canada. La vérification a montré qu’Inforoute s’était assurée que les provinces et les territoires avaient conçu ces projets en tenant compte de ses exigences, y compris le plan directeur et les normes. Inforoute a par ailleurs mis en place des contrôles adéquats relativement à la rémunération des dirigeants et aux frais de voyage et d’accueil, mais elle pourrait resserrer sa politique en matière de passation des contrats.

Le rapport souligne qu’à moins d’une augmentation marquée du nombre de médecins en soins primaires utilisant les dossiers électroniques, l’initiative des dossiers de santé électroniques pourrait ne pas rapporter tous les bienfaits prévus.

« Cette initiative est hautement complexe. Il faudra la collaboration d’Inforoute, des provinces et des territoires et de l’ensemble des autres parties prenantes pour venir à bout des défis considérables qui se profilent à l’horizon », a déclaré Mme Fraser.

- 30 -

Le chapitre « Les dossiers de santé électroniques » peut être consulté dans le site Web du Bureau du vérificateur général du Canada. Les bureaux de vérification de six provinces sont en train d’examiner comment sont mis en œuvre, dans leur province, les projets relatifs aux dossiers de santé électroniques financés par Inforoute ou par leur gouvernement provincial, ou par les deux. Chaque bureau présentera un rapport individuel à son assemblée législative. Un rapport sommaire conjoint de toutes les vérifications doit paraître au printemps 2010.

Pour de plus amples renseignements, veuillez cliquer ici.