La profonde sous-estimation de la complexité provoque des hausses de coûts et des retards

(Chapitre 6 — L’achat d’hélicoptères militaires — Rapport d’automne 2010 de la vérificatrice générale)

Ottawa, le 26 octobre 2010 — La Défense nationale et Travaux publics et Services gouvernementaux n’ont pas entièrement respecté les politiques et les règles gouvernementales et ministérielles clés lors de l’achat des hélicoptères militaires Chinook et Cyclone, signale la vérificatrice générale, Sheila Fraser, dans son rapport déposé aujourd’hui à la Chambre des communes.

« Nous comprenons que l’acquisition d’équipement militaire complexe comme ces hélicoptères présente des difficultés uniques », a déclaré Mme Fraser. « Néanmoins, les résultats de cette vérification sont inquiétants. »

Les vérificateurs ont constaté que la Défense nationale n’a pas suivi ses propres règles sur la gestion et la surveillance de grands projets d’immobilisations. Les coûts estimatifs totaux n’ont pas été communiqués au Conseil du Trésor aux moments décisionnels clés du processus d’achat. Des décisions clés ont été prises sans la surveillance requise et sans l’analyse critique des comités de gestion de la Défense nationale. L’utilisation par Travaux publics et Services gouvernementaux Canada d’un préavis d’octroi de contrat pour l’achat des Chinook n’a pas respecté le règlement et la politique en vigueur. Les vérificateurs ont donc conclu que le processus d’attribution du contrat n’avait pas été équitable, ouvert et transparent pour les fournisseurs. Travaux publics et Services gouvernementaux Canada n’est pas d’accord avec cette conclusion.

La Défense nationale dépensera près de 11 milliards de dollars pour acheter ces hélicoptères avec soutien en service à long terme. Elle a sous-estimé et minimisé la complexité des appareils qu’elle comptait acheter et les travaux de développement connexes. Par conséquent, les risques liés aux projets ont été incorrectement évalués. Des modifications importantes ont été apportées aux modèles de base, ce qui a beaucoup retardé les projets et augmenté les coûts. À titre d’exemple, la livraison du Cyclone a été retardée de 7 ans et celle du Chinook, de 5 ans. De plus, chaque projet d’achat a comporté des coûts imprévus appréciables.

Les vérificateurs ont également constaté que la Défense nationale n’a pas établi de manière exhaustive et en temps opportun les plans et les coûts exhaustifs liés au cycle de vie complet des hélicoptères. Dès lors, il est difficile pour la Défense nationale de planifier pour assurer le fonctionnement et l’entretien à long terme des hélicoptères.

« Après maints retards et d’importantes hausses des coûts, la Défense nationale n’a pas encore évalué le coût complet du fonctionnement de ces hélicoptères. Sans cette information et des fonds suffisants, la Défense nationale pourrait devoir réduire les opérations et les exercices d’entraînement prévus », a ajouté Mme Fraser. « La situation est préoccupante. »

- 30 -

Le chapitre « L’achat d’hélicoptères militaires » peut être consulté dans le site Web du Bureau du vérificateur général du Canada.

Pour de plus amples renseignements, veuillez cliquer ici.