Les cibles climatiques de 2020 ne seront probablement pas atteintes

(Chapitre 2 — Rapport du printemps 2012 du commissaire à l’environnement et au développement durable)

Ottawa, 8 mai 2012 – Il est peu probable que l’approche adoptée par le gouvernement pour réduire les émissions de gaz à effet de serre permette d’atteindre la cible de 2020 du Canada, indique le commissaire à l’environnement et au développement durable, Scott Vaughan, dans son rapport déposé aujourd’hui à la Chambre des communes. La cible de 2020 consiste à réduire de 17 % les émissions produites au Canada par rapport aux niveaux de 2005.

« Selon les prévisions d’Environnement Canada, en 2020, les émissions n’auront pas baissé de 17 % par rapport à 2005. Elles auront augmenté de 7 % », a indiqué M. Vaughan.

Pour atteindre la cible de 2020, le gouvernement prévoit une approche sectorielle pour réglementer les émissions de gaz à effet de serre. L’audit a montré qu’à l’heure actuelle, il existe deux règlements pour le secteur des transports et aucun pour celui du pétrole et du gaz. On ne s’attend pas que les règlements proposés pour le secteur de l’électricité entrent en vigueur avant 2015.

Les règlements fédéraux en vigueur devraient contribuer à réduire les émissions de 11 à 13 millions de tonnes d’ici 2020. Or pour atteindre la cible, le Canada doit réduire ses émissions de 178 millions de tonnes supplémentaires. Comme il faut plusieurs années pour élaborer des règlements et pour que ceux-ci aient un impact, l’audit a conclu qu’il est peu probable qu’il reste assez de temps pour atteindre la cible fixée au moyen de cette approche.

L’audit a révélé que l’approche réglementaire n’était pas soutenue par un plan de mise en œuvre global qui pourrait, par exemple, fournir une analyse détaillée de la façon dont les différents règlements seront coordonnés pour atteindre la cible de 2020. Il a également révélé que le gouvernement n’avait pas analysé le coût de cette approche pour l’économie canadienne.

« Le gouvernement a annoncé qu’il se retirait du Protocole de Kyoto parce qu’autrement, il en coûterait trop cher à l’économie canadienne », a indiqué M. Vaughan. « Nous nous attendions donc à ce que le gouvernement ait estimé combien il devra dépenser pour atteindre sa cible et dégagé les options les moins coûteuses. »

- 30 -

Le chapitre « Honorer les engagements 2020 du Canada en matière de changements climatiques » peut être consulté dans le site Web du Bureau du vérificateur général du Canada.

Pour de plus amples renseignements, veuillez cliquer ici.