Cette page Web a été archivée dans le Web.

2008 mai — Rapport de la vérificatrice générale du Canada

Chapitre 6 — La conservation des résidences officielles du gouvernement fédéral

Points saillants

Introduction

Fonctions des résidences officielles
Rôles et responsabilités des organisations concernées
Défis particuliers
Objet de la vérification

Observations

L'état des résidences officielles

Des pratiques valables d'évaluation de l'état des résidences officielles sont appliquées
On ne peut apprécier l'état des résidences officielles sans tenir compte de leurs fonctions
Les résidences de la région de la capitale nationale montrent des signes de fatigue et d'usure
Rideau Hall et le 24, promenade Sussex nécessitent d'importants travaux de réfection
L'état des autres résidences s'est amélioré

La conservation des résidences officielles

La Commission de la capitale nationale a entrepris un important programme de réfection des résidences officielles
La réfection complète du 24, promenade Sussex requiert un accès prolongé à la résidence

Information au public

L'information sur la nature et l'impact des travaux à réaliser présente des lacunes

Conclusion

À propos de la vérification

Annexe — Principes de gestion des résidences officielles du Canada

Pièces :

6.1 — Brève description des résidences officielles du gouvernement fédéral

6.2 — Description des cotes utilisées pour l'état des différents éléments des résidences

6.3 — Toutes les résidences officielles comportent des éléments qui sont dans un état allant de critique à mauvais (cote 1 à 3), particulièrement le 24, promenade Sussex

6.4 — Le bâtiment principal de Rideau Hall nécessite d'importants travaux pour que son état corresponde à la cible établie

6.5 — Le 24, promenade Sussex nécessite d'importants travaux pour que son état corresponde à la cible établie

6.6 — Immobilisations : financement reçu et dépenses

6.7 — Projets majeurs prévus pour la réfection des résidences officielles entre le 1er avril 2007 et le 31 mars 2012

Points saillants

Objet

Le gouvernement fédéral fournit des résidences officielles au gouverneur général du Canada, au premier ministre, au chef de l'Opposition, au président de la Chambre des communes et aux personnalités en visite officielle au Canada. La Commission de la capitale nationale possède et gère les six résidences officielles situées dans la région d'Ottawa-Gatineau, tandis que Travaux publics et Services gouvernementaux Canada administre la résidence secondaire du gouverneur général située à la Citadelle de Québec.

Nous avons examiné les pratiques de gestion adoptées par la Commission de la capitale nationale et Travaux publics et Services gouvernementaux Canada pour assurer la conservation des résidences officielles.

Cette vérification a été réalisée en parallèle avec notre examen spécial de la Commission de la capitale nationale de 2007. Un examen spécial est un type de vérification de gestion auquel sont assujetties la plupart des sociétés d'État tous les cinq ans. La Commission de la capitale nationale affiche le rapport de cet examen spécial sur son site Web depuis novembre 2007.

Pertinence

Les résidences officielles sont plus qu'un logement offert aux hauts dirigeants du pays; elles font partie du patrimoine et, à ce titre, elles appartiennent à tous les Canadiens. Elles contribuent à projeter une image positive du Canada à l'étranger et sont souvent une source de fierté pour les Canadiens qui les visitent. C'est le cas notamment de la résidence du gouverneur général, Rideau Hall, qui a été désignée lieu historique national en 1977. Les résidences officielles permettent l'exécution de fonctions officielles telles que l'accueil de dignitaires étrangers et la tenue de cérémonies commémoratives et de séances de travail de haut niveau. Ces fonctions exigent une capacité d'accueil et de service qu'on ne retrouve pas normalement dans une maison conventionnelle. Il est donc important que ces résidences soient équipées en conséquence : par exemple, moyens de communication modernes et efficaces, structures pour personnes à mobilité réduite et services spécialisés de cuisine.

Constatations

  • La Commission de la capitale nationale a adopté des pratiques de gestion valables pour s'assurer de la conservation des résidences officielles. Elle évalue régulièrement l'état des résidences officielles et élabore des programmes de réfection fondés sur ces évaluations. Elle informe les occupants des résidences officielles de l'état de leur résidence et des travaux nécessaires à leur conservation.
  • Les données de la Commission de la capitale nationale indiquent que Rideau Hall et la résidence du premier ministre du Canada (le 24, promenade Sussex) montrent des signes de fatigue et d'usure. À Rideau Hall, plus des deux tiers de l'enveloppe extérieure — toiture, fenêtres, murs, fondations — de la résidence sont dans un état passable seulement et ont besoin de réparations. La moitié des autres bâtiments, dont certains sont désignés « édifices du patrimoine », sont en mauvais état ou dans un état critique. La résidence du premier ministre n'a pas fait l'objet de rénovations majeures depuis une cinquantaine d'années. Plusieurs éléments, dont les fenêtres, le système de chauffage et de climatisation, le système électrique et la plomberie, arrivent à la fin de leur cycle de vie et sont en mauvais état.
  • La Commission de la capitale nationale estime qu'il est devenu urgent de procéder à la réfection de la résidence du premier ministre du Canada. Elle prévoit qu'il lui faudra de 12 à 15 mois environ pour compléter les travaux requis, si aucun imprévu ne survient. Cependant, cela ne sera possible que si elle dispose d'un accès prolongé à la résidence pour y effectuer les travaux qu'elle juge nécessaires.
  • Le financement que la Commission de la capitale nationale a reçu en 2005 lui a permis d'entreprendre d'importants travaux à Rideau Hall et d'améliorer l'état des quatre autres résidences officielles dans la région de la capitale nationale. Malgré ces améliorations, plusieurs éléments de ces résidences officielles sont toujours dans un état passable seulement et devront être réparés au cours des prochaines années.
  • Travaux publics et Services gouvernementaux Canada applique des pratiques de gestion valables telles qu'un programme d'entretien préventif pour s'assurer de la conservation de la résidence à la Citadelle de Québec.

Introduction

Fonctions des résidences officielles

6.1 Le gouvernement fédéral fournit des résidences officielles au gouverneur général du Canada, au premier ministre, au chef de l'Opposition et au président de la Chambre des communes. De plus, le gouvernement possède et administre une résidence officielle pour les dignitaires étrangers en visite au Canada. Ces résidences sont fournies afin de s'assurer que les personnalités publiques disposent d'un lieu approprié où elles peuvent exercer bon nombre de leurs fonctions officielles. Les résidences sont les suivantes :

  • Rideau Hall — résidence principale du gouverneur général du Canada;
  • la Citadelle — résidence secondaire du gouverneur général à Québec;
  • le 24, promenade Sussex — résidence du premier ministre du Canada;
  • la résidence du lac Mousseau (Harrington Lake) — résidence secondaire du premier ministre du Canada;
  • Stornoway — résidence du chef de l'Opposition à la Chambre des communes;
  • La Ferme (à Kingsmere) — résidence du président de la Chambre des communes;
  • le 7, Rideau Gate — résidence des visiteurs officiels au Canada.

La pièce 6.1 fournit plus de détails sur chacune de ces résidences.

Pièce 6.1 — Brève description des résidences officielles du gouvernement fédéral

Rideau Hall — Résidence du gouverneur général du Canada

Le site de Rideau Hall, d'une superficie de 32 hectares, comprend la résidence du gouverneur général, 27 édifices et 6 serres. Il abrite le Bureau du secrétaire du gouverneur général et fournit des bureaux à la Gendarmerie royale du Canada, à la Commission de la capitale nationale, à Travaux publics et Services gouvernementaux Canada et à la Maison du corps de garde. Rideau Hall est ouvert au public toute l'année et accueille divers évènements, cérémonies et visites d'État. Environ 150 000 personnes visitent cette résidence chaque année. Le premier gouverneur général du Canada s'y est établi, à titre de locataire, lorsqu'Ottawa est devenue la capitale de la nouvelle province du Canada en 1857. Le gouvernement fédéral a par la suite acheté Rideau Hall et l'a agrandi graduellement. La résidence, construite en 1838 par un entrepreneur local, comprend aujourd'hui 175 pièces réparties sur 9 000 mètres carrés.

24, promenade Sussex — Résidence du premier ministre du Canada

Construite entre 1866 et 1868, cette résidence privée est devenue propriété de l'État en 1943. Le gouvernement du Canada y a effectué d'importants travaux de rénovation entre 1949 et 1951, afin d'en faire une résidence officielle. Louis St-Laurent en fut le premier occupant. Cette résidence officielle, d'une superficie de 1 000 mètres carrés, comprend 34 pièces réparties sur 3 étages. Elle est située sur un terrain de deux hectares qui offre une vue sur la rivière des Outaouais. La propriété comprend trois autres bâtiments.

Résidence du lac Mousseau (Harrington Lake) — Résidence secondaire du premier ministre du Canada

Cette résidence, construite en 1925 par un entrepreneur local, est située sur une propriété de 5,4 hectares sise dans le parc de la Gatineau. Elle a été acquise en 1951 par le gouvernement du Canada qui en fit une résidence secondaire du premier ministre en 1959. En plus du bâtiment principal, cette propriété comporte neuf autres édifices.

La Ferme, à Kingsmere — Résidence du président de la Chambre des communes

Construite en 1891 et agrandie dans les années 1930, cette résidence est devenue la propriété du gouvernement du Canada lors du décès de William L. Mackenzie King en 1950. Depuis, elle abrite le président de la Chambre des communes. Elle a été désignée « résidence officielle » en 1971. Elle est située dans le parc de la Gatineau, sur un terrain de 1,74 hectare qui compte 6 autres bâtiments.

Stornoway — Résidence du chef de l'Opposition

Cette maison de trois étages a été construite en 1914 pour un épicier d'Ottawa. Elle est située dans le quartier réputé de Rockcliffe Park à Ottawa, sur un terrain de 0,42 hectare. Le gouvernement du Canada l'a acquise en 1970 pour y loger le chef de l'Opposition.

7, Rideau Gate — Résidence des invités du gouvernement du Canada

Construite en 1862, cette maison privée de 790 mètres carrés a été achetée par le gouvernement du Canada en 1966 pour y accueillir les éminents invités du Canada lors des réunions ou événements officiels qui sont organisés par le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international. Elle est située sur un terrain de 0,2 hectare, à proximité du 24, promenade Sussex et de Rideau Hall.

La Citadelle — Résidence secondaire du gouverneur général du Canada

La résidence secondaire du gouverneur général est située à la Citadelle de Québec depuis 1872. Elle occupe une superficie de 1,23 hectare. L'édifice principal a été construit en 1831 et servait de caserne aux officiers militaires. Un incendie a détruit la moitié de la résidence en 1976. Le gouvernement du Canada l'a rénovée de 1976 à 1984. En plus d'être utilisée par le Bureau du secrétaire du gouverneur général, elle sert à la tenue de réunions nationales ou internationales et de cérémonies officielles. La résidence est ouverte au public et reçoit chaque année environ 15 000 visiteurs.

Sources : Commission de la capitale nationale et Travaux publics et Services gouvernementaux Canada

6.2 Ce sont les fonctions attribuées à une résidence officielle qui distinguent le plus celle-ci d'une maison conventionnelle. Une résidence officielle ne fait pas qu'offrir un logement à ses occupants; elle leur permet aussi de remplir des fonctions officielles telles que l'accueil de dignitaires étrangers et la tenue de cérémonies commémoratives et de séances de travail de haut niveau. Rideau Hall et la résidence à la Citadelle accueillent également le public. Ces fonctions exigent une capacité d'accueil et de service qu'on ne retrouve pas normalement dans une maison conventionnelle. Par exemple, l'accueil de personnes à mobilité réduite peut nécessiter des installations permettant un accès universel. La tenue de séances de travail de haut niveau peut exiger des moyens de communication élaborés, alors que la tenue de dîners d'État nécessite des services spécialisés tels que ceux de cuisine.

6.3 Les résidences officielles font partie du patrimoine canadien. Rideau Hall a été désignée lieu historique national en 1977 et les autres résidences sont des édifices fédéraux à valeur patrimoniale. À ce titre, elles rappellent la vie et l'histoire des hommes et des femmes qui ont bâti le Canada, permettent d'illustrer l'évolution de la société canadienne et contribuent à développer chez les Canadiens un sentiment d'appartenance à leur nation. Leur conservation contribue également à préserver l'environnement; le fait d'améliorer des structures existantes permet en effet de réduire la consommation de ressources.

Rôles et responsabilités des organisations concernées

6.4 La Commission de la capitale nationale, société d'État fédérale, possède et gère les six résidences officielles situées dans la région de la capitale nationale. Elle s'occupe notamment de la planification à long terme des travaux d'immobilisations, des activités de gestion immobilière, des services de conservation et de décoration intérieure, et de l'entretien des terrains et des jardins. Travaux publics et Services gouvernementaux Canada joue le même rôle que la Commission de la capitale nationale pour la résidence située à la Citadelle de Québec.

6.5 Transports Canada (Secrétariat des sociétés d'État) examine les demandes de financement de la Commission de la capitale nationale et soumet ses recommandations au ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités, qui est responsable de la Commission depuis février 2006. Le rôle du ministre est d'établir les grandes orientations stratégiques de la Commission, tout en respectant son autonomie d'exploitation. Le Secrétariat du Conseil du Trésor examine les présentations de la Commission en matière de financement des résidences officielles et soumet ses recommandations au Conseil du Trésor. Le Bureau du Conseil privé siège, à titre d'observateur, au Comité consultatif des résidences officielles du Canada, un comité de la Commission de la capitale nationale.

Défis particuliers

6.6 Les résidences officielles de la région de la capitale nationale ont été construites d'abord et avant tout à titre de résidences privées. Aucune d'entre elles n'a été construite dans le but d'héberger des chefs d'État ou des dirigeants politiques; cela est particulièrement vrai dans le cas de Rideau Hall où la villa d'origine, avec ses 11 chambres, s'est transformée graduellement en une résidence de chef d'État de 175 pièces. Les résidences officielles n'ont pas été conçues pour appuyer les fonctions d'État actuelles. Il en résulte que des soins particuliers doivent être apportés afin de préserver leur cachet historique et que des travaux de réaménagement intérieur sont parfois nécessaires pour les rendre plus fonctionnelles.

6.7 Les résidences officielles sont occupées par des dirigeants politiques qui ont à leur horaire de nombreuses activités professionnelles et familiales. La Commission de la capitale nationale et Travaux publics et Services gouvernementaux Canada doivent s'assurer d'avoir accès aux résidences durant des périodes de temps suffisamment longues pour pouvoir réaliser les travaux d'entretien et de réfection nécessaires à leur conservation. Pour ce faire, ces organismes doivent s'entendre avec les occupants des résidences officielles ou leurs représentants afin de trouver un moment convenable pour la réalisation de ces travaux.

6.8 La Commission de la capitale nationale reçoit régulièrement des demandes d'accès à l'information concernant les travaux effectués aux résidences officielles, notamment au 24, promenade Sussex. Il est important que le public et les médias comprennent bien la nature et la nécessité des travaux effectués par la Commission de la capitale nationale.

Objet de la vérification

6.9 Nous avions pour objectif de déterminer si le gouvernement fédéral, en particulier la Commission de la capitale nationale et Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, avait adopté les pratiques de gestion nécessaires à la conservation des résidences officielles. Nous avons examiné entre autres les données que possèdent ces entités sur l'état des résidences officielles, les travaux de conservation prévus, le financement disponible ainsi que les stratégies de communication de ces organismes avec les occupants des résidences ou leurs représentants.

6.10 Cette vérification a été réalisée en parallèle avec l'examen spécial quinquennal de la Commission de la capitale nationale, que nous avons effectué en 2007. La Commission de la capitale nationale affiche le rapport de cet examen spécial sur son site Web depuis novembre 2007.

6.11 La section intitulée À propos de la vérification, à la fin du chapitre, fournit d'autres détails sur l'objectif, l'étendue, la méthode et les critères de la vérification.

Observations

L'état des résidences officielles

Des pratiques valables d'évaluation de l'état des résidences officielles sont appliquées

6.12 La Commission de la capitale nationale recueille depuis une vingtaine d'années des données sur l'état des résidences officielles dont elle est responsable. Elle a procédé à une première évaluation de leur état à la fin des années 1980, après que Travaux publics et Services gouvernementaux Canada lui en a cédé la garde en 1987. Elle a réévalué l'état des résidences officielles en 1999 et en 2005 dans le cadre de demandes de financement d'immobilisations au gouvernement fédéral. Depuis 2006, elle s'est dotée de pratiques de gestion lui permettant de rajuster annuellement ses données sur l'état des résidences en fonction des résultats de ses projets de réfection, de ses activités régulières d'entretien et, au besoin, d'études approfondies et ciblées des composantes de l'enveloppe extérieure et des systèmes internes des résidences.

6.13 Les résidences officielles comprennent non seulement le bâtiment principal où logent les occupants mais aussi d'autres bâtiments, infrastructures, terrains et jardins qui contribuent à leur caractère. Il est courant de diviser le bâtiment principal en trois composantes : l'enveloppe extérieure, les systèmes internes et les éléments intérieurs sujets à un renouvellement cyclique. L'enveloppe extérieure du bâtiment principal comprend le toit, les murs, les fenêtres et les portes, les fondations et les cheminées. Les systèmes internes comprennent les systèmes de chauffage, de ventilation, de climatisation, d'électricité, de plomberie, de protection contre les incendies et d'accès universel. Les éléments intérieurs sujets à un renouvellement cyclique (tapis, décoration, éclairage) se trouvent dans les aires publiques et privées de la résidence ainsi que dans les aires de service (cuisines, buanderie).

6.14 En 2006, la Commission de la capitale nationale a précisé l'état de chacun des éléments constituants des résidences officielles en leur attribuant une cote numérique variant de 1 à 10. Une cote de 1 correspond à un état critique, une cote de 3, à un mauvais état, une cote de 5, à un état passable, une cote de 7, à un bon état et une cote de 10, à un excellent état. Au moment d'établir la cote d'un élément constituant, la Commission tient compte d'un certain nombre de facteurs, qui sont interdépendants (voir la pièce 6.2). La Commission de la capitale nationale a établi la cote 8 comme niveau cible pour l'état des différents éléments des résidences. Cette cote caractérise un élément qui est en bon état, qui peut remplir les fonctions qui lui sont attribuées et qui ne présente pas de menace pour la sécurité des personnes, la protection du patrimoine ni celle de l'environnement.

Pièce 6.2 — Description des cotes utilisées pour l'état des différents éléments des résidences

Évaluation

Degré de détérioration de l'élément

Phase du cycle de vie prévu

Mesure dans laquelle l'élément remplit ses fonctions

Mesure dans laquelle l'élément présente une menace pour la sécurité des personnes, la protection du patrimoine ou celle de l'environnement

Cote 1 (état critique)

Très détérioré

Fin du cycle — doit être réparé ou remplacé immédiatement

Ne peut pas remplir ses principales fonctions

Menace immédiate

Cote 3 (mauvais état)

Très détérioré

Presqu'à la fin du cycle — réparations à court terme nécessaires

Peut difficilement remplir ses fonctions

Peut présenter une menace

Cote 5 (état passable)

Quelque peu endommagé ou qui présente des signes de défaillance

Milieu du cycle — réparations de nature préventive

Remplit ses fonctions de façon minimale

Ne présente pas de menace

Cote 7 (bon état)

Bon état

Presqu'au début du cycle — réparations ou modifications non essentielles

Remplit la plupart de ses fonctions

Ne présente pas de menace

Cote 10 (excellent état)

Pratiquement neuf ou complètement restauré

Au début du cycle

Remplit toutes ses fonctions

Ne présente pas de menace

Source : Commission de la capitale nationale

6.15 Travaux publics et Services gouvernementaux Canada est le gardien de la résidence officielle située à la Citadelle de Québec. Le Ministère a évalué l'état de la résidence à la Citadelle en 2001, à la suite de quoi il a préparé un plan de gestion sur cinq ans pour déterminer les travaux à faire et planifier les budgets en conséquence. Il inspecte régulièrement les composantes du pavillon principal et des trois bâtiments adjacents ainsi que le terrain, et a mis en place un programme d'entretien.

6.16 Nous avons testé la fiabilité des données sur l'état des résidences officielles en effectuant une visite des lieux et en ayant recours à des experts en la matière. Nous avons conclu de nos travaux d'examen que la Commission de la capitale nationale et Travaux publics et Services gouvernementaux Canada avaient adopté des pratiques valables pour évaluer l'état des résidences et que leurs données à cet égard étaient fiables.

On ne peut apprécier l'état des résidences officielles sans tenir compte de leurs fonctions

6.17 La pièce 6.3 révèle des lacunes sérieuses (cotes 1 à 3), entre autres, au chapitre de l'accès universel, de la climatisation et des aires de service de plusieurs résidences officielles. Ces lacunes affectent peu la structure des résidences. Par contre, elles limitent leur capacité d'offrir un confort raisonnable à leurs occupants et de leur permettre de remplir efficacement leurs fonctions.

Pièce 6.3 — Toutes les résidences officielles comportent des éléments qui sont dans un état allant de critique à mauvais (cote 1 à 3), particulièrement le 24, promenade Sussex

Résidence officielle

Bâtiment principal

Autres bâtiments

Infrastructures et terrains

Enveloppe extérieure

Systèmes internes

Éléments intérieurs

Rideau Hall

Murs

AU

S/O

13 sur 27

(13 des 27 autres bâtiments sont dans un état allant de mauvais à critique)

Clôtures périphériques

24, promenade Sussex

Fenêtres

CVC, AU, électricité, plomberie, absence de gicleurs

Aires de service

S/O

Égouts, clôtures, aménagement paysager

Stornoway

S/O

Nombre limité de gicleurs

S/O

S/O

S/O

La Ferme

S/O

AU, plomberie

S/O

3 sur 6

S/O

7, Rideau Gate

Fenêtres et murs

CVC, AU

S/O

S/O

Clôtures, aménagement paysager

Lac Mousseau (Harrington Lake)

Fenêtres et murs

AU

S/O

4 sur 9

Ponts

La Citadelle

S/O

Climatisation de l'aile ouest

S/O

1 sur 3

S/O

CVC : Chauffage, ventilation, climatisation; AU : Accès universel

Source : Commission de la capitale nationale (31 mars 2007) et Travaux publics et Services gouvernementaux Canada

6.18 La Commission de la capitale nationale a élaboré, avec l'aide du Comité consultatif des résidences officielles du Canada, les principes de gestion applicables aux résidences officielles (voir l'annexe). Ces principes ont été établis pour donner une orientation générale à la Commission de la capitale nationale dans l'exécution, entre autres, de son mandat de développement et d'entretien à long terme des résidences officielles situées dans la région de la capitale nationale.

6.19 Les principes de gestion tiennent compte des normes actuelles en matière de construction, de santé et sécurité, et de conservation d'édifices du patrimoine ainsi que des fonctions des résidences officielles. Un de ces principes veut que chaque résidence fasse l'objet d'un plan de gestion du cycle de vie en vertu duquel est planifié un cycle continu d'entretien, de réparations et d'aménagement de la propriété. D'autres principes de gestion, liés aux fonctions, indiquent par exemple que toutes les résidences doivent être divisées en deux parties, soit les aires publiques et les aires privées, et que le décor des aires publiques doit être entretenu pour une génération (environ 20 ans) avant qu'on ne procède à une redécoration complète. Les aires publiques de Rideau Hall et de la résidence du premier ministre représentent environ 60 p. 100 de l'espace habitable de ces résidences. Le décor des aires privées peut refléter les préférences des occupants des résidences.

6.20 D'autres pays se sont dotés de pratiques semblables à celles de la Commission pour gérer leurs résidences officielles : embauche de personnel expérimenté pour assurer sur place l'administration quotidienne des résidences; création de comités consultatifs chargés de conseiller les occupants ou leurs représentants à propos de la conservation des résidences, de leur décoration, de leur ameublement et de la protection des objets historiques qui s'y trouvent; division de l'espace des résidences officielles en aires publiques et aires privées; utilisation des aires publiques pour des réceptions, des séances de travail et l'accueil du public.

Les résidences de la région de la capitale nationale montrent des signes de fatigue et d'usure

6.21 La pièce 6.3 montre que des éléments de l'enveloppe extérieure de quatre résidences, plusieurs systèmes internes et plusieurs autres bâtiments sont dans un état critique ou en mauvais état. La Commission de la capitale nationale doit leur accorder une attention particulière à court terme. Le fait que des éléments d'une résidence soient en mauvais état ou dans un état critique ne signifie pas nécessairement que la résidence n'est pas sécuritaire. Cela entraîne cependant des frais additionnels d'entretien et d'exploitation et de l'inconfort pour les occupants de la résidence. Par exemple, des fenêtres qui ne sont pas bien isolées occasionnent des coûts additionnels de chauffage. L'absence de système central de climatisation dans certaines résidences réduit le niveau de confort des occupants.

6.22 Les pièces 6.4 et 6.5 montrent, à l'aide d'exemples, que bon nombre d'éléments des résidences officielles sont dans un état passable, c'est-à-dire qu'ils ne remplissent leur fonction opérationnelle que de façon minimale. C'est le cas notamment des éléments de l'enveloppe extérieure du bâtiment principal de Rideau Hall et du 24, promenade Sussex. En somme, très peu d'éléments des résidences officielles sont en bon état (cote 7) ou ont atteint le niveau cible (cote 8) établi par la Commission. Par conséquent, de nombreux travaux de réfection d'envergure seront nécessaires au cours des prochaines années pour amener ces éléments à l'état désiré.

Pièce 6.4 — Le bâtiment principal de Rideau Hall nécessite d'importants travaux pour que son état corresponde à la cible établie

Pièce 6.4 — Le bâtiment principal de Rideau Hall nécessite d'importants travaux pour que son état corresponde à la cible établie

Source : Commission de la capitale nationale

Pièce 6.5 — Le 24, promenade Sussex nécessite d'importants travaux pour que son état corresponde à la cible établie

Pièce 6.5 — Le 24, promenade Sussex nécessite d'importants travaux pour que son état corresponde à la cible établie

Source : Commission de la capitale nationale

Rideau Hall et le 24, promenade Sussex nécessitent d'importants travaux de réfection

6.23 Rideau Hall. Rideau Hall présente plusieurs déficiences, et ce, même si au cours des dernières années la Commission de la capitale nationale y a réalisé la grande majorité de ses travaux de réfection.

6.24 Bâtiment principal. La pièce 6.3 indique que les murs extérieurs du bâtiment principal sont en général en mauvais état (cote 2) et que plusieurs secteurs de la résidence ne bénéficient pas d'accessibilité universelle. La pièce 6.4 précise que la toiture, les fenêtres et les cheminées sont dans un état passable. Ainsi, plus des deux tiers de l'enveloppe extérieure (4 000 mètres carrés de toiture, 1 200 mètres carrés de maçonnerie, 2 715 mètres carrés de surface recouverte de stuc, 400 mètres de gouttières, 474 mètres de fondations, 300 fenêtres et 29 portes) de la résidence du gouverneur général sont dans un état passable et ont besoin de réparations ou de réfection. Plusieurs secteurs du bâtiment ne sont pas dotés de climatisation centrale. Au cours des dernières années, la Commission de la capitale nationale a restauré le sous-sol de l'aile Minto, la salle de mécanique, la salle de bal, le plafond de la Suite ovale et les conduites principales de vapeur. Au moment de notre vérification, elle achevait la réfection de la façade du bâtiment principal (aile Mappin). Ce projet permettra, entre autres, de combler une partie des lacunes observées dans les murs extérieurs du bâtiment principal.

6.25 Autres bâtiments. Malgré d'importantes réalisations au cours des dernières années, dont la rénovation de l'écurie, la moitié des 27 autres bâtiments situés sur la propriété de Rideau Hall sont dans un état allant de critique à mauvais. C'est le cas notamment du Centre des visiteurs (11, Rideau Gate), de la Maison du corps de garde, de l'édifice du Dôme et du Bâtiment de ferme. L'édifice du Dôme sert de bureau à plusieurs employés de Rideau Hall.

6.26 Infrastructures et terrains. D'importants travaux ont été réalisés au cours des dernières années pour améliorer les systèmes d'irrigation, d'égout et d'alimentation électrique. Des travaux restent à faire pour compléter la réfection des 2,3 kilomètres de clôtures périphériques à valeur patrimoniale.

6.27 Le 24, promenade Sussex. Les derniers travaux d'envergure effectués à la résidence du premier ministre au 24, promenade Sussex remontent au moment de son acquisition par le gouvernement, il y a plus de cinquante ans. Il n'est donc pas surprenant de constater que plusieurs systèmes de la résidence arrivent à la fin de leur durée de vie utile, sont en mauvais état et devront être remplacés à court terme.

6.28 La pièce 6.3 montre les éléments de la résidence qui sont dans un état critique ou en mauvais état. Les fenêtres et les calfeutrages sont lézardés, et les coulisses et les vitres sont lâches. Ces déficiences entraînent des pertes importantes de chaleur, augmentent les coûts de chauffage de la résidence et réduisent de beaucoup son rendement énergétique. Les unités de climatisation fixées aux fenêtres arrivent à la fin de leur durée de vie utile. Elles sont bruyantes, d'efficacité limitée, et endommagent les fenêtres auxquelles elles sont fixées. Le filage électrique de la maison date d'une cinquantaine d'années, et le système électrique fonctionne presqu'à pleine capacité. Ainsi, il ne peut répondre à une demande croissante ou à de nouveaux besoins opérationnels. Le système de plomberie est déficient. Le bâtiment, qui accueille des invités nationaux et internationaux de marque, ne comprend pas d'accès universel pour les personnes à mobilité réduite. L'ascenseur de service des années 1950 ne peut accueillir les fauteuils roulants modernes. Enfin, les aires de service telles que la cuisine et la buanderie située au sous-sol ne sont pas fonctionnelles. La pièce 6.5 indique que le seul élément en bon état de l'enveloppe extérieure du 24, promenade Sussex est la toiture, car celle-ci a été refaite en 1998. Les autres éléments sont en mauvais état ou dans un état passable.

24, promenade Sussex

Unités extérieures de climatisation et porte d'entrée au 24, promenade Sussex.

L'état des autres résidences s'est amélioré

6.29 La Commission de la capitale nationale a amélioré l'état des autres résidences officielles au cours des dernières années. À Stornoway, résidence du chef de l'Opposition, la Commission de la capitale nationale a remis à neuf la toiture, a modernisé la cuisine et a aménagé les zones extérieures en 2000-2001. À la résidence du Lac Mousseau (Harrington Lake), la Commission a refait la toiture, réparé une partie des fondations de l'édifice et mis à niveau les systèmes électriques, de plomberie et de protection contre le feu en 2005-2006. Le solarium et plusieurs galeries extérieures ont été restaurés. Malgré ces progrès, des travaux sont nécessaires pour réparer les fenêtres et les murs extérieurs. Quatre des neuf autres édifices situés sur cette propriété sont dans un état critique. Au 7, Rideau Gate, la Commission a refait le filage électrique et installé des systèmes de détection d'incendie et d'éclairage d'urgence. Cependant, les fenêtres et les portes extérieures ont besoin de réparations; les murs de pierre doivent faire l'objet de travaux de rejointement, et la climatisation doit être étendue à l'ensemble de l'édifice. Le bâtiment principal de La Ferme (Kingsmere) est en assez bon état, à l'exception du système de plomberie. Au cours des dernières années, la Commission de la capitale nationale y a installé un nouveau générateur d'urgence et un système d'irrigation automatique, a construit un garage et a amélioré l'aménagement paysager. Cependant, trois des six autres bâtiments sont dans un état critique.

6.30 Travaux publics et Services gouvernementaux Canada a reconstruit la partie Est de la résidence de la Citadelle de Québec, qui avait brûlé en 1976. Ces travaux se sont terminés en 1984. Depuis, le Ministère a réaménagé les aires publiques et privées et modernisé les systèmes d'alarme-incendie en 2004-2005. La résidence est en assez bon état et le Ministère applique un programme d'entretien préventif. Un des trois autres bâtiments (la Redoute) est en mauvais état.

6.31 Malgré les améliorations apportées à ces résidences, leurs éléments constituants ne sont pas tous en bon état. Il est important que la Commission de la capitale nationale continue d'investir dans ces résidences afin d'en améliorer la sécurité et le confort, et de faire en sorte que leurs fonctions puissent être remplies efficacement.

La conservation des résidences officielles

La Commission de la capitale nationale a entrepris un important programme de réfection des résidences officielles

6.32 Les restrictions budgétaires des années 1990 ont amené la Commission de la capitale nationale, tout comme l'ensemble de l'administration fédérale, à réduire l'envergure de son plan d'immobilisations. En conséquence, la Commission a dû se contenter d'effectuer les travaux de réfection les plus urgents et reporter à plus tard d'autres travaux importants. Cela a contribué à créer un arriéré de travaux essentiels à la conservation des résidences officielles.

6.33 En 1999, la Commission de la capitale nationale a élaboré un plan d'immobilisations de dix ans — le Programme de gestion en fonction du cycle de vie — afin de remettre à niveau les résidences officielles. Grâce à un premier financement de six ans (de 1999-2000 à 2004-2005), elle a pu entreprendre des travaux de réfection visant à assurer la santé et la sécurité des occupants. En 2005, elle a mis à jour son plan d'immobilisations de dix ans et a demandé au gouvernement un financement additionnel pour lui permettre de ramener à un niveau acceptable les éléments jugés dans un état allant de critique à mauvais et d'assurer l'entretien des résidences officielles par la suite. Elle estimait alors le coût des travaux envisagés à une trentaine de millions de dollars sur quatre ans. Le gouvernement lui a accordé un budget d'immobilisations et de fonctionnement de 32 millions de dollars, réparti sur quatre ans (de 2005-2006 à 2008-2009), afin de régler l'arriéré des travaux urgents à faire. Il a accordé à la Commission un montant récurrent de 6,7 millions de dollars à compter de 2009-2010.

6.34 La pièce 6.6 montre le financement et les dépenses en immobilisations de la Commission de la capitale nationale pour les dix dernières années.

Pièce 6.6 — Immobilisations : financement reçu et dépenses

Année

Financement reçu
(millions de dollars)

Dépenses*
(millions de dollars)

Affectation principale des fonds

2006-2007

5,7

5,9

Rideau Hall

24, promenade Sussex

2005-2006

0,8

2,5

Lac Mousseau (Harrington Lake)

24, promenade Sussex

Rideau Hall

2004-2005

1,1

0,6

Rideau Hall

2003-2004

5,7

5,3

2002-2003

 

7,3

2001-2002

10,5

5,7

2000-2001

11,0

3,2

1999-2000

5,4

2,9

1997-1999

 

4,0

Total

40,2

37,4

 

* La différence entre le financement reçu et les dépenses en immobilisations s'explique surtout par les transferts de fonds qui ont servi à financer les charges d'exploitation au titre de l'entretien et de la réfection des résidences officielles.

Source : Commission de la capitale nationale

6.35 En 2005-2006 et 2006-2007, la Commission de la capitale nationale a effectué plusieurs travaux de réfection dans les résidences officielles, notamment à la résidence du lac Mousseau (Harrington Lake) et à Rideau Hall où elle a entrepris la réfection de la façade du bâtiment principal. Le plan quinquennal d'immobilisations (de 2007-2008 à 2011-2012) de la Commission de la capitale nationale prévoit d'importants travaux de réfection à Rideau Hall et au 24, promenade Sussex. Il prévoit également la poursuite de programmes d'entretien et de réparations aux résidences Stornoway, La Ferme, ainsi que celles du lac Mousseau (Harrington Lake) et du 7, Rideau Gate. La Commission de la capitale nationale estime à environ 24 millions de dollars le coût des travaux d'immobilisations prévus au cours des cinq prochaines années. La Commission a établi cet estimé à partir de ses connaissances de l'état des bâtiments et de son expérience de la réalisation de tels travaux. Le coût réel pourrait différer en raison d'imprévus tels qu'une détérioration plus avancée que prévu, des contrats plus dispendieux en raison d'augmentations imprévues du prix des matériaux et de la main-d'œuvre, etc. Travaux publics et Services gouvernementaux Canada prévoit des travaux de réfection à la Redoute (Citadelle de Québec) en 2007-2008. La pièce 6.7 présente un sommaire des travaux prévus au cours des cinq prochaines années pour l'ensemble des résidences.

Pièce 6.7 — Projets majeurs prévus pour la réfection des résidences officielles entre le 1er avril 2007 et le 31 mars 2012

Résidence officielle

Coût estimatif des travaux
(millions de dollars)

Bâtiment principal

Autres structures

Infrastructures et terrains

Enveloppe extérieure

Systèmes internes

Éléments intérieurs

Rideau Hall

12,2

Aile Mappin

Poursuite du programme de réfection : toiture, murs, fenêtres

Aile de 1865

Poursuite du programme de réfection : systèmes internes de CVC, d'AU et d'électricité

Salle de la Tente

5 édifices

Clôtures périphériques

24, promenade Sussex

9,7

Fenêtres

CVC, AU, électricité, plomberie, gicleurs

Aires de service

S/O

Aménagement paysager

Stornoway

0,3

S/O

Nombre limité de gicleurs

S/O

S/O

S/O

La Ferme

0,5

S/O

S/O

AU

S/O

S/O

7, Rideau Gate

0,4

S/O

S/O

AU

S/O

S/O

Lac Mousseau (Harrington Lake)

0,5

S/O

Fenêtres et murs

AU

Pont

S/O

La Citadelle

0,5

S/O

S/O

S/O

Redoute

S/O

CVC : Chauffage, ventilation, climatisation; AU : Accès universel

Source : Commission de la capitale nationale (31 mars 2007) et Travaux publics et Services gouvernementaux Canada

6.36 Notre examen du plan d'immobilisations de la Commission de la capitale nationale pour les résidences officielles indique que ce plan tient compte des éléments en mauvais état ou dans un état critique et qu'il intègre les principes de gestion établis pour les résidences officielles. Le financement disponible permettra de réduire l'écart entre l'état actuel des éléments des résidences et l'état désiré (cote 8).

La réfection complète du 24, promenade Sussex requiert un accès prolongé à la résidence

6.37 La Commission de la capitale nationale, comme tout gestionnaire immobilier, doit pouvoir avoir accès aux résidences ou aux immeubles sous sa garde pour y effectuer les travaux d'entretien et de réfection qu'elle juge nécessaires. Il est important que la Commission de la capitale nationale puisse compter sur la collaboration des occupants des résidences officielles et de leurs représentants pour remplir son mandat adéquatement.

6.38 La question de l'accès aux résidences officielles est complexe car il faut à la fois respecter en tout temps le rôle et les fonctions de leurs occupants, ainsi que leur vie privée et celle de leur famille, et protéger la valeur patrimoniale de ces résidences. La facilité d'accès varie d'une résidence à l'autre. Par exemple, il est plus facile d'avoir accès à la résidence secondaire du gouverneur général à Québec et à celle du premier ministre du Canada au lac Mousseau (Harrington Lake) pour y effectuer des travaux d'entretien et des réparations qu'à leur résidence principale, étant donné que ces résidences secondaires ne sont pas occupées à temps plein. Il en est de même pour le 7, Rideau Gate, qui n'accueille des dignitaires étrangers qu'en certaines occasions ou lors d'évènements prévus de longue date. De même, il est plus facile d'obtenir l'accès à une résidence lorsqu'il s'agit de réaliser des travaux extérieurs ou des travaux de courte durée qui peuvent être effectués durant l'absence des occupants (à l'occasion de leurs vacances, par exemple). L'état relativement meilleur des résidences du lac Mousseau (Harrington Lake), de la Citadelle, de Stornoway et du 7, Rideau Gate pourrait s'expliquer par leur plus grande facilité d'accès.

6.39 Nous avons examiné les pratiques adoptées par la Commission de la capitale nationale pour informer les occupants des résidences officielles de l'état de leur résidence ainsi que des travaux de réfection prévus pour en assurer la conservation. En général, la Commission de la capitale nationale communique avec l'occupant de la résidence par l'intermédiaire de son personnel sur place; elle peut ainsi l'informer de l'état de la résidence et des travaux qu'elle compte y effectuer. À l'occasion, elle communique directement avec l'occupant. Nous avons aussi noté que la Commission avait écrit au Bureau du Conseil privé pour l'informer de l'état du 24, promenade Sussex et des travaux nécessaires à la conservation de la résidence. Nous estimons qu'il s'agit de pratiques d'information valables.

6.40 La planification des travaux au 24, promenade Sussex est un peu plus complexe en raison des nombreuses fonctions du premier ministre et des intervalles relativement courts disponibles pour la réalisation des travaux. Au cours des dernières années, la Commission de la capitale nationale a réalisé différents travaux de courte durée ou qui n'interféraient pas de façon importante avec la vie quotidienne des occupants de cette résidence. Cependant, des travaux de réfection de plus grande envergure y sont maintenant requis. Il faudra, entre autres, ouvrir les plafonds et les murs intérieurs de la résidence pour y installer de nouvelles conduites d'air pour la ventilation et la climatisation, remplacer les vieux fils électriques, installer un système de gicleurs d'incendie, retirer les matériaux toxiques tels que l'amiante ou en assurer la surveillance, en plus de réaménager les aires de service. La Commission de la capitale nationale estime qu'il lui faudra de 12 à 15 mois environ pour compléter ses travaux, et ce, en supposant qu'elle n'aura pas de mauvaises surprises ou de réparations imprévues à faire après avoir ouvert les plafonds et les murs de la résidence. La nature des travaux prévus et les inconvénients qu'ils risquent de causer au premier ministre et à sa famille sont tels qu'il faut envisager comme solution pratique de demander au premier ministre de quitter la résidence pour toute la durée des travaux. Il est plus efficace d'effectuer tous ces travaux en même temps plutôt que de les répartir sur plusieurs années et d'incommoder autant de fois les occupants. La mise en œuvre d'une telle solution exige cependant que la Commission de la capitale nationale offre au premier ministre et à sa famille une résidence temporaire sécuritaire qui réponde à leurs besoins.

6.41 Le fait de reporter continuellement la réfection du 24, promenade Sussex peut notamment entraîner :

  • une détérioration accrue de ce bien patrimonial;
  • une augmentation des coûts de réfection;
  • un inconfort accru pour ses occupants;
  • plus de difficultés pour l'accomplissement des fonctions officielles;
  • une image négative du Canada chez les dignitaires étrangers en visite au pays.

Information au public

6.42 Le public s'intéresse de près à l'état des résidences officielles du gouvernement fédéral. Nous avons examiné l'information que la Commission de la capitale nationale présente à ce sujet dans son sommaire du plan d'entreprise et son rapport annuel. Nous avons constaté que la Commission de la capitale nationale fournit surtout des renseignements d'ordre financier (financement reçu, dépenses d'immobilisations et de fonctionnement) au sujet des résidences officielles dont elle a la charge. Elle fournit aussi un peu d'information sur certains des principaux projets qu'elle entreprend. Tel est le cas de la réfection de la façade de l'aile Mappin de Rideau Hall. On trouve aussi un peu d'information sur son site Web.

L'information sur la nature et l'impact des travaux à réaliser présente des lacunes

6.43 La Commission de la capitale nationale ne fournit pas beaucoup de renseignements sur l'état de chaque résidence, la nature et le coût des travaux devant être réalisés au cours des prochaines années, ni l'impact de ces travaux sur l'état des résidences. Nous sommes d'avis qu'une telle information aiderait les parlementaires et le public à mieux comprendre la nature des déficiences observées, le risque qu'elles font courir aux occupants et au bien patrimonial, et les défis de conservation qu'elles posent.

6.44 La Commission de la capitale nationale est consciente de ces lacunes. Elle a annoncé en novembre dernier de nouvelles initiatives visant à accroître l'ouverture et la transparence dont elle fait preuve.

Conclusion

6.45 La Commission de la capitale nationale a adopté des pratiques de gestion valables pour s'assurer de la conservation des résidences officielles. Elle évalue régulièrement l'état des résidences officielles et élabore des programmes de réfection fondés sur ses connaissances de l'état des résidences et sur les principes de gestion applicables. Elle informe les occupants des résidences officielles ou leurs représentants de l'état de leur résidence et des travaux nécessaires à leur conservation.

6.46 Les résidences officielles, en particulier Rideau Hall et le 24, promenade Sussex, montrent des signes de fatigue et d'usure et nécessitent d'importantes réparations. Grâce au financement qu'elle a reçu en 2005, la Commission de la capitale nationale a entrepris un vaste programme de réfection des résidences officielles. La réfection du 24, promenade Sussex exigera un accès prolongé à la résidence.

6.47 Travaux publics et Services gouvernementaux Canada a adopté des pratiques de gestion valables pour s'assurer de la conservation de la résidence à la Citadelle de Québec. Des interventions mineures sont prévues au cours des cinq prochaines années.

À propos de la vérification

Objectif

L'objectif de la vérification était de déterminer si le gouvernement fédéral a adopté les pratiques de gestion nécessaires à la conservation de ses résidences officielles.

Étendue et méthode

La présente vérification a été réalisée en parallèle avec l'examen spécial quinquennal de la Commission de la capitale nationale que nous avons effectué en 2007. La Commission de la capitale nationale a publié le rapport de cet examen spécial en novembre 2007.

Nous avons examiné :

  • les données et les documents pertinents sur l'état des résidences officielles du gouvernement fédéral;
  • les travaux de conservation effectués et prévus, l'évaluation des risques posés par l'état variable des résidences officielles, la disponibilité au moment opportun de ressources financières et les stratégies de communication avec les occupants des résidences afin d'assurer l'accès nécessaire pour la réalisation des travaux;
  • l'information fournie au Parlement concernant l'état des résidences officielles et les travaux de conservation effectués et prévus.

Nous n'avons pas vérifié l'exactitude des données sur les coûts estimatifs des projets de réfection.

Notre méthode de vérification comportait :

  • l'analyse de divers documents, rapports et données ayant trait à la gestion de la conservation des résidences officielles du gouvernement fédéral;
  • l'examen de dossiers d'interventions de conservation;
  • des rencontres avec des représentants des organismes fédéraux concernés ;
  • des visites de résidences officielles.

Nous avons réalisé notre travail d'examen :

  • à la Commission de la capitale nationale;
  • à Travaux publics et Services gouvernementaux Canada;
  • à Transports Canada;
  • au Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada;
  • au Bureau du Conseil privé.

Notre examen n'a pas inclus les activités de conservation de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada à l'égard des édifices de la Colline parlementaire.

Critères

Nous nous attendions à ce que les organismes fédéraux concernés aient :

  • évalué l'état des résidences officielles;
  • élaboré des plans de conservation fondés sur cette évaluation;
  • réalisé en temps opportun les projets de réfection prévus dans ces plans;
  • demandé d'avoir accès aux résidences officielles afin de réaliser en temps opportun leurs travaux de réfection;
  • informé le Parlement du résultat de leurs travaux de conservation des résidences officielles.

Sources des critères :

  • politiques administratives pertinentes de la Commission de la capitale nationale et de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada;
  • Politique sur la gestion des biens immobiliers, élaborée par le Conseil du Trésor;
  • normes et lignes directrices pour la conservation des lieux patrimoniaux au Canada.

Fin des travaux de vérification

Les travaux de vérification menés aux fins du présent chapitre ont été pour l'essentiel terminés le 30 septembre 2007.

Équipe de vérification

Vérificateur général adjoint : Mark G. Watters
Directeur principal : Régent Chouinard
Directeur : Richard Gaudreau

Susan Gomez
Julie Hudon

Pour obtenir de l'information, veuillez joindre la Direction des communications en composant le 613-995-3708 ou le 1-888-761-5953 (sans frais).

Annexe — Principes de gestion des résidences officielles du Canada

Les principes de gestion applicables aux résidences officielles ont été élaborés par la Commission de la capitale nationale avec le soutien du Comité consultatif sur les résidences officielles du Canada; ils visent à établir l'orientation générale de la Commission quant à l'exécution de son mandat d'élaboration de politiques, de planification stratégique et d'aménagement et d'entretien à long terme des résidences officielles situées dans la région de la capitale nationale.

Principes de planification

  • Toutes les résidences sont divisées en deux parties : les aires publiques et les aires privées (ce qui détermine les lignes directrices en matière de gestion et de décoration).
  • Tous les terrains sont divisés en zones paysagères distinctes (ce qui détermine les lignes directrices en matière d'utilisation, d'entretien et d'intervention).
  • Le décor des aires publiques doit être gardé pour une génération avant qu'une nouvelle décoration des lieux ne se produise.
  • Les caractéristiques patrimoniales des résidences, telles que définies par le Bureau d'examen des édifices fédéraux du patrimoine, doivent être préservées.
  • Pour chacune des résidences, un plan doit couvrir les stratégies à privilégier en matière d'aménagement des bâtiments, des terrains et des infrastructures.
  • Pour chacune des résidences, un plan de gestion du cycle de vie doit être établi.
  • Pour chacune des résidences, un plan d'intervention en cas d'urgence doit être élaboré.
  • Toutes les résidences doivent être fonctionnelles en tout temps (à moins d'arrangements particuliers).
  • Toutes les résidences et tous les terrains doivent être universellement accessibles (lignes directrices sur l'accès par l'entrée principale et à l'étage réservé aux invités).
  • Toutes les installations techniques des bâtiments doivent respecter les normes actuelles.
  • Toutes les résidences doivent être équipées de systèmes d'alarme et d'extinction des incendies (permettant l'évacuation des occupants et la protection des biens).
  • Toutes les résidences doivent être équipées de systèmes de secours capables de prendre le relais en cas de panne des systèmes principaux (p. ex.  sources d'alimentation en énergie capables de répondre aux besoins en matière de santé, de sécurité et de fonctionnement en cas de panne de courant).
  • Toutes les résidences doivent être équipées et meublées en tout temps.
  • Le contenu de toutes les résidences doit être inventorié, inspecté et entretenu régulièrement.
  • Bien que des mesures doivent être prises dans toutes les résidences pour protéger les collections et l'ameublement patrimoniaux, on ne peut pas les assujettir aux normes applicables aux musées.
  • Les résidences doivent être gérées selon des pratiques respectueuses de l'environnement.

Source : Commission de la capitale nationale.

 


Définitions :

Conservation — Ensemble des actions ou processus (entretien, réparations, rénovation, réfection) qui visent à sauvegarder les éléments caractéristiques d'une ressource culturelle afin d'en préserver la valeur patrimoniale et d'en prolonger la vie matérielle. (Retourner)

Comité consultatif des résidences officielles du Canada — Comité qui a pour mandat de conseiller la Commission de la capitale nationale et son comité directeur dans la gestion des résidences officielles. Il est composé de personnes provenant des domaines de l'architecture, de la décoration, de la protection du patrimoine et de l'aménagement immobilier. (Retourner)