Cette page Web a été archivée dans le Web.

Effets nuisibles des lignes d’énergie électrique sur la santé de la population de Terre-Neuve

Pétition : no 211

Sujet(s) : santé humaine et environnementale; sciences et technologie

Pétitionnaire(s) : Gerry Higgins

Reçu le : 18 juin 2007

État du dossier : clos

Sommaire : Le pétitionnaire soulève la question des effets nuisibles des lignes d’énergie électrique pour la santé de nombreuses collectivités de Terre-Neuve. Il allègue que les taux de diverses maladies et affections (y compris le cancer) qui y ont été relevés sont plus élevés que la normale, ce qui serait lié au fait que les municipalités visées se trouvent à proximité de lignes d’énergie électrique. Le pétitionnaire aimerait savoir quels sont les ministères responsables de la protection de la population contre les dangers causés par les lignes d’énergie électrique et les transformateurs. Il aimerait également savoir si ces ministères ont réalisé des travaux de recherche ou des enquêtes en vue de déterminer si les lignes d’énergie électrique et les transformateurs ont des effets nuisibles pour la santé.

Ministères/organismes fédéraux chargés de répondre : Environnement Canada, Santé Canada

Pétition

[traduction du BVG]

Case postale 157
Norris Arm (Terre-Neuve)
A0G 3M0
Tél. 709-653-2152

18 juin 2007

La vérificatrice générale du Canada
Commissaire à l'environnement et au développement durable
À l'attention de : Pétitions
240, rue Sparks
Ottawa (Ontario)
K1A 0G6

Madame la vérificatrice générale,

Je vous présente ma pétition aux termes de la Loi sur le vérificateur général.

Ma femme, Margaret, a contracté le cancer du sein alors qu'elle n'avait que 39 ans. Nous vivions dans la collectivité rurale de Norris Arm, à Terre-Neuve, où l'air est pur et l'environnement sain. C'est alors que je suis devenu très préoccupé par le grand nombre de cancers dans la collectivité et que j'ai voulu en connaître la cause. J'ai donc commencé à faire enquête sur la raison de ce nombre excessif de cancers dans la ville. J'ai découvert que Norris Arm compte 62 transformateurs électriques et que des cancers avaient été décelés chez des personnes vivant à proximité de près de 60 d'entre eux.

J'ai constaté que, plus une personne vivait près d'un transformateur, plus elle était susceptible de contracter un cancer. J'ai fait part de mes découvertes au maire de Norris Arm, qui a fait parvenir des lettres à 150 autres villes de la province. Les 90 villes qui ont répondu faisaient toutes état de résultats semblables, soit davantage de cas de cancers chez les personnes vivant près des transformateurs. J'ai trouvé des recherches scientifiques qui indiquent que les champs électriques et électromagnétiques causent le cancer et que ces champs sont générés par les transformateurs électriques et les lignes d'énergie électrique. Jusqu'à ce que Newfoundland Power ne les déplace à une distance plus sécuritaire, des lignes d'énergie électrique passaient tout près de notre maison.

Au cours des dernières années, j'ai consacré beaucoup de temps à sensibiliser la population et les représentants locaux, provinciaux et fédéraux à ce danger. J'ai demandé aux représentants gouvernementaux d'étudier le problème et de mener une enquête, mais rien n'a été fait. Après avoir regardé mon épouse souffrir pendant de nombreuses années, je l'ai vue mourir du cancer tout juste avant Noël 2005. Les citoyens de Terre-Neuve, mes enfants et moi-même méritons et exigeons des réponses à plusieurs questions :

  1. Quels sont les ministères responsables de la protection de la population contre les dangers causés par les lignes d'énergie électrique et les transformateurs? Sont-ils conscients des liens entre ces derniers et le cancer et les autres effets néfastes sur la santé tels que la dépression et le suicide? Pourquoi ne mettent-ils pas la population en garde contre ces dangers?
  2. Qu'ont fait le ministère fédéral de la Santé et les autres autorités responsables après avoir été avisés de mes découvertes et des constatations de nombreuses autres municipalités de Terre-Neuve concernant les liens entre le cancer, les lignes de transport d'électricité et les transformateurs à Terre-Neuve?
  3. Les autorités responsables ont-elles mené des recherches ou des études pour savoir si mes observations étaient fondées et si les transformateurs et les lignes d'énergie électrique causaient le cancer ou d'autres problèmes de santé? Si ce n'est pas le cas, pourquoi?
  4. Si aucune recherche n'a été menée sur le lien probable entre les transformateurs et le cancer à Terre-Neuve, les autorités responsables demanderaient-elles immédiatement à des chercheurs et à des épidémiologistes crédibles et indépendants de mener une étude afin de déterminer si les transformateurs électriques et les lignes d'énergie électrique entraînent des risques accrus de cancer?
  5. Je demande que le ministère fédéral de la Santé me fournisse les dix documents les plus importants à sa disposition qui indiquent que les champs magnétiques et électromagnétiques causent le cancer et des problèmes de santé.
  6. Le ministère de la Santé a-t-il mené des études qui montrent les effets du rayonnement électromagnétique (REM) sur la santé des Canadiens? Le cas échéant, à quel moment? Veuillez me fournir les copies de tout rapport d'étude.
  7. Le ministère de la Santé a-t-il examiné le taux de mortalité causé par les transformateurs et les lignes d'énergie électrique situés trop près des maisons canadiennes? Comment ce taux de mortalité varie-t-il au Canada? Qu'a fait le Ministère pour atténuer le problème?
  8. Le ministère de la Santé a-t-il effectué un examen approfondi de toutes les études et de toutes les preuves concernant l'exposition au REM qui réfutent ou appuient le fait que le REM est nocif pour la santé humaine? Quelle est son analyse finale de ce sujet?
  9. Compte tenu de l'importance avec laquelle notre environnement est également affecté et des liens évidents avec la santé humaine, le ministère de la Santé et le ministère de l'Environnement ont-ils aussi examiné des rapports portant sur des oiseaux, des abeilles et des animaux blessés grièvement par le REM? Quelles sont les mesures prises pour protéger les oiseaux, les abeilles et les animaux contre l'exposition au REM?
  10. Le ministère de l'Environnement est-il conscient du danger pour la santé que représentent les champs électriques et le REM? Qu'a fait le Ministère pour mettre en garde les Canadiens contre ce danger et quelles mesures de protection applique-t-il pour assurer la sécurité environnementale des Canadiens?
  11. Le Premier ministre est-il conscient du danger pour la santé causé par le REM? Lui a-t-on entièrement exposé les graves dangers que constitue le REM? Si oui, qui s'en est chargé? Si non, quelles autorités responsables ont omis de fournir cette information importante? Ou est-ce le Premier ministre qui a choisi de ne pas être mis au courant des graves dangers courus par les citoyens canadiens? Le gouvernement prévoit-il protéger les Canadiens des terribles effets du REM?
  12. Les appareils électroménagers, les appareils électriques et les réseaux électriques résidentiels modernes produisent des champs électriques et des REM de différentes intensités dans les maisons. Pourquoi les autorités responsables n'ont-elles pas mis en œuvre de programmes éducatifs pour mettre en garde tous les citoyens canadiens des dangers pour la santé et fourni des renseignements sur les mesures d'atténuation afin d'assurer une meilleure sécurité publique?
  13. Les autorités responsables pourraient-elles me préciser la distance entre un transformateur électrique résidentiel typique et une demeure qui permet de protéger les résidents contre les champs électriques et électromagnétiques? De quelle façon cette distance a-t-elle été déterminée et est-elle conforme au principe de précaution scientifique? Quelles sont les distances sécuritaires normales établies dans les autres pays industrialisés? Me fourniriez-vous des rapports qui justifient les règlements adoptés par le gouvernement du Canada pour protéger les Canadiens contre l'exposition au REM des transformateurs et des lignes d'énergie électrique?
  14. On m'a informé que le courant à la terre (aussi connu sous le nom de tension vagabonde) pouvait jouer un rôle dans le problème de pollution électrique qui affecte les résidences de Terre-Neuve. Les autorités responsables pourraient-elles m'expliquer en quoi ce phénomène consiste et ce qui le cause? Quel pourcentage de l'électricité de Terre-Neuve retourne aux sous-stations par le sol plutôt que par le système de distribution? Que peut-on faire pour que cela cesse?
  15. Quelles recherches ont été menées par les autorités responsables pour déterminer et analyser les effets néfastes pour la santé du courant à la terre? Quels ont été les résultats des tests et quelles recommandations ont été faites pour contrôler le problème et faire en sorte que les citoyens soient plus en sécurité?

J'ai tenté d'informer de mon mieux les Terre-Neuviens des dangers que constituent les transformateurs, les lignes d'énergie électrique et le REM. J'ai souvent été invité à des émissions radiophoniques et j'ai fait des reportages dans plusieurs journaux afin de faire connaître ces dangers. Il est maintenant temps que les autorités responsables répondent aux questions sur les dangers du REM pour la santé dans nos collectivités. Il semble que divers ministères négligent de protéger la population.

J'ai joint* plusieurs documents pour vous aider à mieux comprendre ma situation et pour vous montrer certains des dangers du REM. Si vous souhaitez en savoir plus sur ces dangers, je vous recommande de consulter le site Web www.powerwatch.org.uk. Veuillez vous assurer que les représentants gouvernementaux responsables des questions de sécurité et d'éducation en matière de REM se penchent sur mes préoccupations.

Je vous prie d'agréer mes salutations distinguées.

[document original signé par Gerry Higgins]

Gerry Higgins


À sa pétition, le pétitionnaire a ajouté le texte suivant :

Incidents troublants au sujet de la présence de transformateurs et de l'incidence de cancers

Il y a quelques jours, j'ai reçu un appel téléphonique de M. Gerald Higgins de Terre Neuve. Il m'a raconté une histoire troublante sur la présence de transformateurs et l'incidence de cancers. Lorsque je lui ai suggéré de signaler ces incidents à quelques groupes de discussion intéressés par les champs électromagnétiques pour qu'ils les diffusent, il m'a demandé de transmettre cette pétition en son nom parce qu'il connaît encore mal le maniement du courrier électronique et qu'il tape lentement.

J'ai acquiescé à sa demande. Le texte qui suit est une version très abrégée de la saga de Gerald Higgins.

Gerald Higgins a acheté une petite maison de 12 pieds sur 26 pieds qu'il a érigée sur une parcelle de terrain d'une demi-acre à Norris Arm (Terre-Neuve), au Canada. Il a installé sa maison directement sous la ligne d'énergie électrique, y a emménagé en octobre 1980 et la société de distribution, Light and Power, a branché sa maison comme il se doit. La ligne d'énergie électrique de 13,8 kV était à quelque 15 pieds au-dessus de son toit. Il ne savait pas que la ligne d'énergie électrique n'aurait pas dû se trouver là et la société Light and Power ne l'en a pas avisé non plus.

Dans la dernière moitié des années 90, la température a commencé à changer et les tempêtes de giboulées sont devenues plus fréquentes. Craignant après l'une de ces tempêtes de voir la ligne d'énergie électrique tomber directement sur sa maison, Gerald Higgins a, en 1998, demandé à la compagnie d'électricité de déménager la ligne de transport d'énergie, mais celle-ci a refusé.

En mai 2000, on a diagnostiqué un cancer du sein à la femme de Gerald Higgins, Margaret. Elle avait 39 ans et n'avait aucun antécédent de cancer du sein dans sa famille. Pendant des mois, elle a suivi des traitements de chimiothérapie à Grand Falls, et de radiothérapie à St. John's. M. et Mme Higgins devaient alors séjourner au Agnes Cowan Hostel. Au cours des séances de thérapie, Gerald Higgins a parlé à plus de 4 000 personnes et découvert que tous, sauf 9, vivaient à moins de 100 pieds d'un transformateur.

M. Higgins a parlé à 7 couples mariés dont les conjoints souffraient tous deux du cancer des intestins. Il a été informé du cas d'un patient atteint de leucémie dont le cancer avait été diagnostiqué alors qu'il avait 18 ans et qui en est décédé à l'âge de 25 ans. Deux transformateurs se trouvaient à quelque 50 pieds de sa maison. Par la suite, on a diagnostiqué un cancer de la prostate au père de ce même patient, alors âgé de 52 ans.

À Cornerbrook, un couple au début de la cinquantaine vivait à environ 33 pieds d'un transformateur. Le mari souffrait du cancer de la glande thyroïde et la femme, du cancer du sein. Tous deux étaient aveugles.

De plus, on connaît d'autres histoires d'horreur de transformateurs qui s'effondrent sur le sol et qui y laissent des déchets chimiques. Ainsi, à St. Stephens, un transformateur est tombé à l'automne de 1998 éjectant ses déchets chimiques sur une maison et une cour avoisinantes. En avril 1999, les médecins ont diagnostiqué une tumeur au cerveau à l'homme résidant dans cette maison, qui en est décédé en août de la même année. En juin 2000, sa femme a été opérée pour un cancer du côlon. Son beau-frère, dont la demeure était située 50 pieds plus loin, est décédé d'un cancer des poumons deux mois plus tard. Son neveu, qui habitait en face et à moins de 50 pieds d'un transformateur, a contracté un cancer de l'estomac dont il est décédé depuis. La société de distribution électrique Light and Power a déversé du gravier dans la cour et affirmé que ce déversement était sans danger.

Gerald Higgins peut relater des centaines d'histoires semblables. Après que sa femme eut contracté le cancer du sein, il a exercé plus de pressions auprès de Newfoundland Power, qui a déplacé la ligne d'énergie électrique 20 pieds plus loin et qui l'a fixée sur des pylônes plus élevés pendant l'hiver de 2002. Le champ magnétique sur le toit tout juste au-dessus de la chambre à coucher affiche maintenant 5,7 mG; il est donc facile d'imaginer à quel point ce champ était intense quand la ligne électrique était directement au-dessus.

Gerald Higgins est maintenant un homme investi d'une mission. Il veut que le gouvernement finance une enquête indépendante, menée dans les règles de l'art, dans le but d'évaluer le lien entre le fait de développer un cancer et le fait de vivre à proximité d'un transformateur. Si les personnes résidant près d'un transformateur courent un risque accru de contracter le cancer, il veut alors qu'il soit enlevé. Gerald Higgins a de plus en plus d'appuis. Après avoir été invité à la télévision lors d'une émission-débat et cité dans le journal local The Herald, il a commencé à recevoir, des maires et des directeurs municipaux de toute l'île, les résultats de mini-enquêtes qu'ils avaient effectuées de leur propre chef. Voici les résultats de quelques-unes de ces enquêtes.

Avec une population de 283 habitants, Brent's Cove compte 9 transformateurs, qui sont placés à moins de 100 pieds des habitations. Dans une famille de 15 membres qui vivait à 54 pieds d'un transformateur, il ne reste que 4 survivants. Les autres membres de cette famille sont morts du cancer au cours des 10 dernières années. Une autre personne, qui vivait à 105 pieds du même transformateur, a aussi reçu un diagnostic de cancer et elle est décédée depuis.

À Carmanville, le juge de paix a mené une enquête le 6 octobre 2002. Il a découvert que, dans 19 habitations, des personnes souffraient du cancer. Dans soixante pour cent (60 p. 100) des cas, la maison était située à moins de 30 pieds d'un transformateur et pour le reste, la maison était située à une distance variant entre 100 et 150 pieds d'un transformateur. À East Port, sur les 51 malades souffrant du cancer qui ont été recensés, 49 habitaient à moins de 100 pieds d'un transformateur et certains vivaient " très près " d'un transformateur, selon l'un des conseillers municipaux qui a mené l'enquête.

Le maire de Fleur de Lys a affirmé qu'au cours des 10 dernières années, toutes les personnes souffrant du cancer vivaient à moins de 100 pieds d'un transformateur. La ville compte une usine de transformation du poisson, alimentée par une importante source d'énergie. Dans les cinq habitations qui font face à l'usine, de l'autre côté de la route, quatre personnes ont développé un cancer.

À Flowers Cove, on constate que, sur les 25 transformateurs situés près de maisons, 18 étaient situés près des maisons où les habitants avaient développé des cancers.

À Hermitage, le greffier de la ville a effectué une enquête indépendante et découvert que beaucoup de cancéreux qui étaient décédés avaient un transformateur dans leur cour.

À Gaskiers-Point La Haye, le directeur des services municipaux a signalé que 21 des 23 personnes à qui l'on avait diagnostiqué un cancer vivaient près d'un transformateur installé sur des pylônes. Quatorze de ces personnes sont décédées jusqu'à maintenant.

À Engelee, le greffier municipal a signalé que les 8 à 10 cancéreux de la ville vivaient en général à moins de 100 pieds d'un transformateur. Tous sont décédés, sauf 2.

La ville de Joe Batt's Arm compte 40 transformateurs dont 33 sont installés près de maisons où, selon le maire, des personnes sont décédées du cancer.

Le maire de La Scie a signalé que sur 52 cancéreux, 46 vivaient dans un rayon de moins de 100 pieds d'un transformateur.

Dans la communauté de Plate Cove, il y a 12 transformateurs et une population de 176 habitants. Sur les 25 d'entre eux à qui l'on a diagnostiqué un cancer, la plupart vivent " près " d'un transformateur, indique le maire.

À Pools Cove, le maire a signalé qu'il y avait des transformateurs dans un rayon de 50 à 125 pieds des foyers où vivaient des personnes à qui l'on avait diagnostiqué un cancer. Dans cette petite communauté, 12 personnes atteintes du cancer sur les 18 diagnostiquées sont décédées au cours des 20 à 25 dernières années.

À Port Rexton, le directeur des services municipaux a signalé qu'au cours des quelque 10 dernières années, sur les 21 décès reliés au cancer, 15 des personnes décédées vivaient à une distance de moins de 100 pieds d'un transformateur monté sur pylônes. Trois survivants habitent encore à moins de 100 pieds d'un transformateur.

À Port Saunders, 19 des 20 personnes qui ont souffert du cancer au cours des 10 dernières années vivaient dans un rayon de 50 à 100 pieds d'un transformateur.

À Port Union, le maire a signalé qu'il y a eu 12 cas de cancer au cours des 10 dernières années. Toutes les personnes touchées vivaient dans un rayon de moins de 200 pieds d'un transformateur et 9 vivaient à une distance de moins de 100 pieds d'un transformateur. Neuf d'entre elles sont aujourd'hui décédées.

À Seal Cove Ouest, le maire a pris la route pour faire enquête sur les 28 transformateurs et les cas de cancer. Au total, 18 personnes ont développé un cancer, dont 11 sont décédées. Toutes vivaient " près " d'un transformateur.

Le maire de St. Alban's a signalé que, sur les 38 personnes atteintes du cancer auxquelles il a téléphoné, 47 p. 100 vivaient à moins de 50 pieds d'un transformateur, 32 p. 100 dans un rayon de 50 à 100 pieds, 13 p. 100, dans un rayon de 100 à 150 pieds, et 8 p. 100 vivaient à plus de 150 pieds d'un transformateur.

À St. Lunaire-Griquet, le maire a signalé que sur 14 cancéreux, 11 personnes vivaient dans un rayon de 30 à 50 pieds d'un transformateur.

À St. Mary's, la mairesse à qui l'on avait diagnostiqué un cancer est décédée récemment. Elle vivait à très courte distance, ou environ 12 pieds, de deux transformateurs.

À Trespassey, une non-fumeuse âgée de 33 ans, qui a développé une tumeur à la jambe, avait un transformateur dans sa cour.

La collectivité de Woodstock a, en tout, 16 transformateurs pour une population de 300 habitants, selon l'adjoint au maire. Au cours des 10 dernières années, 8 personnes sont décédées du cancer et 11 vivent avec cette maladie. Toutes vivent ou vivaient dans un rayon de 50 à 100 pieds d'un transformateur. Il y en a également un à moins de 50 pieds de l'école, qui compte une maternelle.

À Norris Arms, 300 résidants, soit près de la moitié de la population, ont signé une pétition afin de demander au ministre de la Santé de financer une étude indépendante visant à déterminer le lien entre l'incidence du cancer et la présence de transformateurs. Ils demandent que l'étude soit coordonnée par le ministère de la Santé publique et des services communautaires et qu'elle soit effectuée en toute indépendance de la société NFL Power.

Cette demande me semble parfaitement raisonnable, car selon certaines études scientifiques, l'incidence de la leucémie est deux fois plus élevée chez les enfants qui vivent près des lignes d'énergie électrique et qui sont exposés à des champs électromagnétiques supérieurs à 2 mG. D'autres études scientifiques démontrent que la présence de champs électromagnétiques favoriserait la croissance de cellules cancéreuses. Ces études scientifiques, tout comme les enquêtes officieuses menées par Gerald Higgins et les maires, les greffiers et les conseillers municipaux de l'ensemble de la province de Terre Neuve, sont un cri d'alarme lancé aux fonctionnaires responsables de la santé publique pour qu'ils prennent conscience de cette réalité. J'ai bon espoir qu'ils sont à l'écoute.

M. Higgins est bien déterminé à ce que sa démarche ne soit pas vaine. Si vous souhaitez communiquer avec lui, vous pouvez le joindre par courriel à l'adresse :

GerryHiggins55@hotmail.com ou par téléphone au 709 653-2152.

Message de Mme Magda Havas (rédigé en 2003)


[haut de la page]

Réponse du ministre : Environnement Canada


1er novembre 2007

Monsieur Gerry Higgins
Case postale 157
Norris Arm (Terre-Neuve-et-Labrador)
A0G 3M0

Monsieur,

C'est avec plaisir que je donne suite à la pétition en matière d'environnement no 211, adressée au commissaire à l'environnement et au développement durable, concernant les effets du rayonnement électromagnétique sur la santé humaine et l'environnement. Environnement Canada a reçu votre pétition le 3 juillet 2007.

Les questions contenues dans votre pétition s'adressent à divers ministères fédéraux. Vous trouverez en annexe les réponses aux questions 9, 10 et 11, qui touchent particulièrement Environnement Canada.

Je vous remercie de l'intérêt que vous portez à cette question importante et vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

[document original signé par John Baird, ministre de l'Environnement]

John Baird, C.P., député

Pièce jointe

c.c. :

L'honorable Tony Clement, C.P., député
L'honorable Maxime Bernier, C.P., député
M. Ronald C. Thompson, commissaire à l'environnement et
au développement durable par intérim


Réponse d'Environnement Canada à la pétition en matière d'environnement no 211 en vertu de l'article 22 de la Loi sur le vérificateur général

Q. 9. Compte tenu de la dégradation importante de l'environnement et des effets évidents que celle-ci entraîne sur la santé humaine, est-ce que le ministère de la Santé et le ministère de l'Environnement ont également pris connaissance de rapports indiquant que les oiseaux, les abeilles et les animaux sont gravement affectés par le rayonnement électromagnétique (REM). Quelles mesures sont prises pour protéger les oiseaux, les abeilles et les animaux contre l'exposition au REM?

Environnement Canada contribue au processus d'évaluation environnementale lorsqu'un projet, comme l'installation de lignes de transport d'électricité, exige une telle évaluation. L'évaluation environnementale permet de déterminer les effets environnementaux possibles, de proposer des mesures pour atténuer ceux qui sont néfastes et de prévoir s'il y aura des effets environnementaux importants malgré la mise en place de mesures d'atténuation.

Pour ce qui est de la sécurité des oiseaux, nous nous employons avant tout à réduire les impacts attribuables à l'électrocution et aux collisions. Le Ministère ne s'est pas penché sur les risques du rayonnement électromagnétique pour les oiseaux, les abeilles et les autres animaux.

Le Ministère applique le paragraphe 36(3) de la Loi sur les pêches, qui interdit le rejet de substances nocives dans les eaux canadiennes où vivent des poissons. Ce paragraphe se lit comme suit :

« … il est interdit d'immerger ou de rejeter une substance nocive — ou d'en permettre l'immersion ou le rejet – dans des eaux où vivent des poissons, ou en quelque autre lieu si le risque existe que la substance ou toute autre substance nocive provenant de son immersion ou rejet pénètre dans ces eaux ».

En ce qui concerne les espèces sauvages, le gouvernement fédéral est entre autres responsable de la protection et de la gestion des oiseaux migrateurs ainsi que des habitats fauniques d'importance nationale. Il est aussi responsable des espèces en voie de disparition, du contrôle de leur commerce international, de la recherche sur des questions d'importance nationale en matière d'espèces sauvages, ainsi que des questions et traités internationaux connexes.

De façon générale, les organismes provinciaux et territoriaux s'occupant des espèces sauvages se chargent de toutes les autres questions liées à la faune, que ce soit la conservation et la gestion des populations et de l'habitat d'espèces sauvages à l'intérieur de leurs frontières, la délivrance de permis pour la pêche, la chasse et le piégeage, l'élaboration de directives pour la pratique sans danger de la pêche à la ligne et du piégeage ou encore les politiques relatives aux pourvoiries.

Q. 10. Le ministère de l'Environnement est-il conscient du danger pour la santé que représentent les champs électriques et le rayonnement électromagnétique? Qu'a-t-il fait pour mettre en garde les Canadiens contre ce danger et pour les informer des mesures de protection qu'il applique pour assurer la santé de leur environnement?

Pour l'instant, Environnement Canada n'a aucun règlement visant à protéger l'environnement contre les effets du rayonnement électromagnétique. Il ne participe donc à aucune activité connexe.

Q. 11. Est-ce que les ministres de la Santé, de l'Industrie et de l'Environnement sont au fait des effets nocifs du REM sur la santé? Ont-ils été bien informés des graves dangers que pose le REM? Dans l'affirmative, qui les a informés et quand? Dans la négative, qui sont les autorités responsables qui auraient dû le faire ou qui ont choisi de ne pas informer les ministres de ces graves dangers pour les Canadiens?

L'environnement, la santé et la sécurité de la population canadienne sont toujours au cœur des préoccupations d'Environnement Canada. Cependant, comme il a déjà été mentionné, le Ministère n'a aucun règlement régissant le rayonnement électromagnétique.

 

[haut de la page]

Réponse du ministre : Santé Canada

29 octobre 2007

M Gerry Higgins
B. P. 157
Norris Arm (Terre-Neuve-et-Labrador)
A0G 3M0

Monsieur,

La présente donne suite à la pétition en matière d'environnement no 211 que vous avez adressée en date du 18 juin 2007 au commissaire à l'environnement et au développement durable (CEDD) intérimaire.

Dans votre pétition, vous vous inquiétez des effets sur la santé humaine des lignes d'énergie électrique à Terre-Neuve.

J'ai le plaisir de vous fournir ci-joint la réponse de Santé Canada et de l'Agence de la santé publique du Canada à vos questions. Je crois savoir que le ministre de l'Environnement répondra également aux questions dont l'objet relève du mandat de son ministère.

Je vous remercie de l'intérêt que vous portez à cette importante question et espère que vous trouverez utile l'information fournie.

Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

[document original signé par Tony Clement, ministre de la Santé et Ministre de l’Initiative fédérale du développement économique dans le Nord de l’Ontario]

Tony Clement

Pièce jointe

c.c. :

M Ronald C. Thompson, CEDD intérimaire
L'honorable John Baird, député


Réponse de Santé Canada et de l'Agence de la santé publique du Canada à la pétition en matière d'environnement no 211 :
Effets des lignes électriques sur la santé humaine à
Terre-Neuve-et-Labrador

Question 1

Quels sont les ministères chargés de protéger le public contre les dangers associés aux lignes électriques et aux transformateurs? Connaissent-ils les liens entre ces installations et le cancer ainsi que d'autres problèmes de santé, comme la dépression et le suicide? Pourquoi n'avisent-ils pas le public de ces dangers?

Réponse de Santé Canada

Dans le cadre de son mandat visant à maintenir et à améliorer la santé de la population canadienne, Santé Canada surveille de façon constante la recherche scientifique concernant les effets potentiels sur la santé associés à l'énergie électromagnétique, notamment aux champs électromagnétiques (CEM) de fréquences extrêmement basses (ELF, qui réfère à l'appellation anglaise extremely low frequency) produits par des installations comme les transformateurs et les lignes électriques.

Au cours de la dernière décennie, Santé Canada a participé activement aux efforts internationaux visant à mieux comprendre les risques potentiels pour la santé associés aux CEM-ELF. Les chercheurs de Santé Canada ont participé au projet international CEM, coordonné par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), en participant à des réunions et à des forums internationaux et en organisant de tels événements, ainsi qu'en produisant de nouvelles connaissances par le biais de recherches scientifiques sur des sujets mis en relief par le projet CEM. Vous trouverez en pièce jointe un résumé des études effectuées par les chercheurs de Santé Canada (annexe 1).

Les chercheurs de Santé Canada sont au fait de la littérature scientifique actuelle sur les effets possibles des CEM-ELF sur la santé. Les études expérimentales et épidémiologiques menées jusqu'à maintenant ne permettent pas d'établir une relation de cause à effet entre les champs électromagnétiques et des effets néfastes sur la santé. Vous trouverez plusieurs publications concernant les fréquences extrêmement basses sur le site Web de Santé Canada (www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/radiation/cons/electri-magnet/index_f.html).

Santé Canada est d'avis qu'aucune preuve scientifique concluante ne démontre qu'une faible exposition aux CEM-ELF entraîne des effets néfastes sur la santé humaine. Considérant que cette question ne présente pas un risque important pour la santé publique, le Ministère n'a publié aucune mise en garde à cet effet.

Réponse de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC)

L'ASPC a été créée pour aider le ministre de la Santé dans ses tâches et ses fonctions relatives à la santé publique. Ces dernières comprennent notamment la protection et la promotion de la santé, la surveillance de la santé de la population et la prévention des maladies et des blessures. L'ASPC et l'administrateur en chef de la santé publique du Canada participent aux initiatives fédérales visant à relever et à réduire les facteurs de risque pour la santé publique.

L'ASPC a effectué un examen exhaustif des données probantes sur l'exposition aux champs électromagnétiques et le cancer. Cet examen constitue l'un des chapitres d'une monographie sur le cancer et l'environnement, laquelle paraîtra au début de 2008 dans la publication de l'Agence, Maladies chroniques au Canada, qui fait l'objet d'une révision par les pairs. Les auteurs de ce chapitre ont conclu qu'il n'y avait pas de consensus scientifique selon lequel l'exposition aux champs électromagnétiques augmente les risques de cancer. Essentiellement, les preuves scientifiques ne permettent pas de conclure, jusqu'à maintenant, qu'il y a un lien entre les champs électromagnétiques et des effets nocifs sur la santé. Ainsi, l'Agence ne dispose d'aucun fondement scientifique pour mener des activités de sensibilisation du public concernant des liens possibles entre les champs électromagnétiques et des effets nocifs sur la santé.

Question 2

Qu'est-ce que le ministère de la Santé et les autres autorités responsables ont fait des données lorsqu'ils ont été informés de mes découvertes et des résultats de nombreuses autres municipalités de Terre-Neuve sur les liens entre les lignes électriques et les transformateurs et le cancer dans la province?

Réponse de Santé Canada

Notre examen de la correspondance confirme que les lettres que vous nous avez envoyées ne font que présenter vos observations au sujet de personnes atteintes de cancer, qui habitent près de transformateurs. Il n'est fait nulle part mention de lignes électriques. Des chercheurs du Bureau de la protection contre les rayonnements des produits cliniques et de consommation (BPRPCC) ont lu les lettres et y ont répondu. Étant donné que l'information provenait d'observations empiriques et manquait de précision, le BPRPCC n'a pu prendre d'autres mesures sur cette question.

Question 3

Est-ce que les autorités responsables ont fait de la recherche ou des études pour savoir si mes observations étaient justes et si les transformateurs et les lignes électriques causent le cancer et d'autres problèmes de santé? Dans la négative, pourquoi?

Réponse de Santé Canada

Le BPRPCC n'effectue pas lui-même d'études épidémiologiques, mais il surveille de façon continue les résultats d'études épidémiologiques publiées ayant été évaluées par des pairs. De plus, il mène des travaux de recherche fondamentale sur des animaux et des cultures cellulaires concernant les effets potentiels des CEM sur la santé. Vous trouverez une bibliographie des rapports de recherche à l'annexe 1. Jusqu'à maintenant, l'ensemble des résultats des recherches qui ont été menées par le BPRPCC et d'autres groupes dans le monde ne permet pas de conclure que les CEM provenant des transformateurs servant à la distribution résidentielle posent des risques pour la santé. Dans le cadre des études menées par le BPRPCC sur des animaux et des cultures cellulaires, les chercheurs ont utilisé une source contrôlée produisant un CEM de 60 hertz à des intensités très élevées comparativement aux niveaux d'exposition produits par un transformateur. Les données ainsi obtenues sont pertinentes, que le CEM soit produit par un transformateur ou par une autre source.

Réponse de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC)

Bien que l'ASPC n'ait pas mené de nouvelles recherches sur le lien entre les champs électromagnétiques et le cancer, elle a procédé à un examen exhaustif des données concernant l'exposition aux champs électromagnétiques et le cancer. Comme nous l'avons mentionné précédemment, les preuves scientifiques obtenues jusqu'à maintenant ne permettent pas de conclure qu'il y a un lien entre les champs électromagnétiques et des effets nocifs sur la santé, y compris le cancer. De façon générale, les données sont insuffisantes pour établir un lien causal justifiant une étude particulière sur cette population.

Cependant, en réponse à la présente pétition, l'Agence a vérifié les taux de cancer à Norris Arm, Terre-Neuve-et-Labrador. Il n'y a pas de profil de risque excessif de cancer dans cette communauté comparativement à l'ensemble de la province.

Question 4

Si aucune recherche n'a été menée sur le lien probable entre les CEM des transformateurs et le cancer à Terre-Neuve-et-Labrador, est-ce que les autorités responsables vont demander rapidement que des chercheurs et des épidémiologistes crédibles et indépendants effectuent une étude pour déterminer si les transformateurs et les lignes électriques augmentent les risques de cancer?

Réponse de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC)

L'ASPC n'entreprendra pas d'étude sur cette question. Il n'y a pas de profil de risque excessif de cancer à Norris Arm, à Terre-Neuve-et-Labrador. De plus, des dizaines d'études épidémiologiques ont été effectuées sur les champs électromagnétiques et le cancer. Selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), les données sur le cancer chez les adultes relativement à cette question ne sont pas concluantes. Une étude publiée récemment sur les liens entre le cancer du sein et l'exposition à des champs électromagnétiques (CEM) conclut que dans l'ensemble, la majorité des preuves disponibles actuellement n'indiquent pas de lien entre l'exposition aux CEM et un risque accru de cancer du sein. (Feychting M., Forseen U. « Electromagnetic fields and female breast cancer », Cancer Causes and Control, vol. 17, no 4, mai 2006, p. 553-558.)

Question 5

Je demande que le ministère fédéral de la Santé me fournisse les dix documents les plus importants en sa possession indiquant que les champs électriques et électromagnétiques causent le cancer et des problèmes de santé.

Réponse de Santé Canada

Pour l'instant, Santé Canada est d'avis qu'aucune preuve scientifique concluante ne démontre qu'une faible exposition aux CEM-ELF entraîne des effets néfastes sur la santé humaine. Cette opinion est fondée sur un examen complet de la littérature scientifique et non sur un sous-ensemble limité d'études. C'est la seule façon de fonder scientifiquement les décisions concernant l'évaluation des risques pour la santé.

Une étude sur les effets possibles des CEM-ELF sur la santé a récemment été publiée par l'OMS et est disponible à l'adresse suivante :

http://www.who.int/peh-emf/publications/elf_ehc/en/index.html (en anglais seulement).

Question 6

Est-ce que le ministère de la Santé a mené des études au Canada démontrant les effets des radiations électromagnétiques sur la santé? Si oui, quand les a-t-il menées? Veuillez fournir les rapports d'étude.

Réponse de Santé Canada

Santé Canada n'a pas mené d'étude sur des sujets humains pour évaluer les effets des CEM-ELF sur la santé. Toutefois, au cours des vingt dernières années, des chercheurs du Ministère ont effectué de nombreuses études sur des animaux pour évaluer dans quelle mesure des champs électromagnétiques à la fréquence réseau de 60 Hz peuvent entraîner des dommages à l'ADN ou causer le cancer, le favoriser ou y contribuer. Les résultats de ces études n'ont fourni aucune donnée probante démontrant que les CEM-ELF entraînent des effets néfastes sur la santé. Ces études sont indiquées à l'annexe 1.

Question 7

Est-ce que le ministère de la Santé a examiné le taux de mortalité associé à la proximité des transformateurs et des lignes électriques par rapport aux résidences? Quelles sont les variations de ce taux de mortalité à l'échelle du Canada? Quelles mesures le Ministère a-t-il prises pour atténuer ce problème?

Réponse de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC)

Les données qui permettraient à l'ASPC d'examiner les taux de mortalité associés à la proximité des transformateurs et des lignes électriques ne sont pas disponibles.

Question 8

Est-ce que le ministère de la Santé a effectué un examen exhaustif de l'ensemble des études et des données probantes sur l'exposition au rayonnement électromagnétique qui rejettent ou qui confirment le fait que celui-ci affecte la santé humaine? Quelle est sa conclusion sur le sujet?

Réponse de Santé Canada

Santé Canada participe activement aux travaux du Comité de radioprotection fédéral-provincial-territorial (CRFPT). Ce comité a mis sur pied un groupe de travail chargé d'examiner la littérature scientifique concernant les effets sur la santé de l'exposition aux champs électriques et magnétiques des fréquences extrêmement basses (ELF), et les directives connexes. En janvier 2005, le CRFPT a publié les résultats d'un examen de la littérature sur les champs ELF, un énoncé de principe ainsi qu'une réponse à la question des champs magnétiques de fréquence réseau et la leucémie infantile (www.bccdc.org/content.php?item=196). La position de Santé Canada sur cette question, qui correspond à l'énoncé de principe du CRFPT, est qu'il n'y a pas de données probantes concluantes démontrant que l'exposition aux niveaux constatés dans les résidences au Canada, y compris celles situées à proximité de transformateurs de puissance ou en bordure des corridors des lignes électriques, a des effets néfastes.

Réponse de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC)

Comme nous l'avons indiqué dans la réponse aux questions 1 et 3, l'ASPC a effectué un examen exhaustif des données probantes sur les liens entre l'exposition aux champs électromagnétiques et le cancer et a conclu qu'il n'y a pas de consensus scientifique quant à une augmentation des risques de cancer associés à l'exposition aux champs électromagnétiques.

Question 9

Compte tenu de la dégradation importante de l'environnement et des effets évidents que celle-ci entraîne sur la santé humaine, est-ce que le ministère de la Santé et le ministère de l'Environnement ont également pris connaissance de rapports indiquant que les oiseaux, les abeilles et les animaux sont gravement affectés par le rayonnement électromagnétique (REM). Quelles mesures sont prises pour protéger les oiseaux, les abeilles et les animaux contre l'exposition au REM.

Réponse de Santé Canada

Santé Canada n'a pas la responsabilité d'examiner les effets des CEM sur les oiseaux, les abeilles et les animaux (sauf sur les animaux de laboratoire habituellement utilisés pour les études visant à établir les effets possibles chez les humains).

Question 11

Est-ce que les ministres de la Santé, de l'Industrie et de l'Environnement sont au fait des effets nocifs du REM sur la santé? Ont-ils été bien informés des graves dangers que pose le REM? Dans l'affirmative, qui les a informés et quand? Dans la négative, qui sont les autorités responsables qui auraient dû le faire ou qui ont choisi de ne pas informer les ministres de ces graves dangers pour les Canadiens?

Réponse de Santé Canada

Le Cabinet du ministre reçoit des lettres du public sur la question. Des responsables du Ministère fournissent de l'information scientifique au Cabinet du ministre pour aider à la rédaction des réponses. Une pétition ne constitue pas un outil approprié pour obtenir des détails sur l'information qui a été fournie au ministre. Vous pouvez obtenir ce type de renseignements en faisant une demande d'accès à l'information. Pour obtenir des renseignements sur la Loi sur l'accès à l'information et sur la façon de faire une demande, visitez le http://www.tbs-sct.gs.cs/atip-aiprp/indes_f.asp.

Question 12

Les appareils et les dispositifs électriques modernes ainsi que les canalisations électriques domestiques produisent divers champs électriques et un rayonnement électromagnétique dans les résidences. Pourquoi les autorités responsables n'ont-elles pas mis sur pied des programmes de sensibilisation pour mettre en garde les Canadiens des dangers pour la santé que posent ces installations, et pourquoi n'ont-elles pas fourni de l'information sur les mesures d'atténuation afin de mieux protéger le public?

Réponse de Santé Canada

Dans le cadre de ses programmes de sensibilisation, Santé Canada a publié des articles dans la publication Votre santé et vous afin de fournir de l'information au grand public sur un large éventail de questions de santé et de sécurité. Ces articles comprennent notamment :

Champs électriques et magnétiques de fréquences extrêmement basses
(www.hc-sc.gc.ca/iyh-vsv/environ/magnet_f.html).

Questions de sécurité concernant l'exposition aux champs électriques et magnétiques provenant de moniteurs d'ordinateur et d'autres terminaux à écran
(www.hc-sc.gc.ca/iyh-vsv/prod/monit_f.html).

Bien que les Canadiens soient exposés quotidiennement aux CEM produits par le câblage électrique et les appareils électroménagers, il n'y a pas de preuves scientifiques concluantes démontrant que l'exposition aux niveaux constatés dans les résidences canadiennes a des effets néfastes.

Question 13

Est-ce que les autorités responsables peuvent m'indiquer la distance à maintenir entre un transformateur électrique résidentiel type et une habitation pour protéger les occupants contre les effets des champs électriques et électromagnétiques? Quelle méthode a été utilisée pour déterminer cette distance? Est-elle conforme au principe de précaution scientifique? Quelles distances sécuritaires les autres pays développés ont-ils établies? Pouvez-vous fournir des rapports prouvant le bien-fondé de la réglementation en vigueur au Canada pour protéger les citoyens contre l'exposition aux transformateurs et au rayonnement électromagnétique (REM) associé aux lignes électriques?

Réponse de Santé Canada

En l'absence de données épidémiologiques concordantes et de preuves à l'appui issues d'études sur les animaux et les cultures cellulaires, qui auraient permis d'établir un lien causal entre l'exposition aux champs électriques et électromagnétiques de fréquence réseau et les problèmes de santé, Santé Canada n'a pas établi de directive sur les limites d'exposition. De plus amples renseignements à ce sujet ont été fournis en réponse à des questions précédentes. Dans les cas où des lignes directrices existent, p. ex., pour les microondes ou les formes ionisantes de rayonnement électromagnétique, les limites sont présentées sous forme d'intensité d'exposition maximale admissible plutôt que de distance minimale requise. Seule cette manière de rédiger les lignes directrices permet de traiter l'ensemble des scénarios d'exposition possibles. L'estimation de distances jugées sécuritaires relativement à une source de radiation donnée revient ensuite aux responsables de la mise en application des lignes directrices sur les limites d'exposition, puisque chaque source doit faire l'objet d'une évaluation distincte.

Dans le cas des transformateurs de distribution, il serait difficile de déterminer une distance à laquelle l'intensité du champ magnétique est inférieure à une valeur donnée, et ce, pour diverses raisons. D'une part, les caractéristiques nominales des transformateurs de distribution varient considérablement, selon le nombre d'habitations desservies. D'autre part, l'intensité du champ magnétique à une distance donnée du transformateur est directement proportionnelle à l'intensité du courant de charge et diminue proportionnellement au cube de la distance. Par ailleurs, les courants de charge varient eux aussi considérablement, selon les appareils électroménagers qui sont sous tension dans la ou les maisons desservies par le transformateur. Au-delà d'une certaine distance, déterminée en fonction de nombreux paramètres électriques et physiques, l'intensité du champ magnétique dépend en grande partie du courant circulant dans les fils électriques secondaires qui relient le transformateur à l'habitation. La diminution de l'intensité du champ magnétique est approximativement proportionnelle au carré de la distance à laquelle sont situés les fils secondaires. Ainsi, en général, l'intensité du champ magnétique dans une habitation résulte principalement du courant circulant dans ces fils.

Pour en savoir davantage sur les mesures prises dans d'autres pays à l'égard de l'exposition aux champs électriques et magnétiques de fréquence réseau (60 Hz), consulter la base de données EMF World Wide Standards (en anglais seulement) de l'Organisation mondiale de la Santé à l'adresse suivante :

www.who.int/docstore/peh-emf/EMFStandards/who-0102/Worldmap5.htm.

La position de Santé Canada sur cette question a été formulée de concert avec le Comité de radioprotection fédéral-provincial-territorial (CRFPT). Ce comité, qui compte des experts en matière de radiation provenant de chaque province ou territoire et des ministères fédéraux compétents, a publié des rapports et des énoncés de principes sur l'exposition aux champs électriques et magnétiques de fréquence réseau (60 Hz) qui peuvent être consultés sur le site Web suivant :

www.bccdc.org/content.php?item=196.

Question 14.

J'ai appris que le courant à la terre, également connu sous le nom de tension parasite, pouvait jouer un rôle dans le problème de pollution électrique qui touche les résidences de Terre-Neuve-et-Labrador. Les autorités responsables peuvent-elles m'expliquer en quoi consiste ce phénomène et quelle en est la cause? Dans cette province, quel pourcentage de l'électricité retourne aux postes électriques par le sol plutôt que par le réseau de distribution? Que peut-on faire pour remédier à cette situation?

Question 15.

Quelles recherches les autorités responsables ont-elles réalisées pour déterminer et analyser les effets néfastes du courant de terre sur la santé? Quels sont les résultats des recherches et quelles recommandations ont été formulées pour régler le problème et faire en sorte que les citoyens soient plus en sécurité?

Réponse de Santé Canada aux questions 14 et 15

La mise à la terre du conducteur neutre des réseaux de distribution d'électricité ou une pose incorrecte des conducteurs chez le consommateur peuvent produire un courant de terre ou une « tension parasite ». La mise à la terre du conducteur neutre est une pratique intentionnelle, recommandée dans le Code canadien de l'électricité, pour diminuer les risques d'électrocution en cas de chute au sol d'un fil sous tension. Toutefois, la mise à la terre à de nombreux endroits dans le réseau crée un autre chemin par lequel les courants neutres peuvent circuler dans le sol.

Sur le plan de la santé, la question des « tensions parasites » a d'abord été soulevée dans le contexte des fermes laitières. Le courant neutre circulant dans la terre, qui occasionne une différence de potentiel entre les objets métalliques et le sol, a été mis en cause relativement aux pertes financières subies par les exploitants de fermes laitières dont les vaches subissaient de petites décharges électriques. Le phénomène a été étudié et documenté en profondeur pour les animaux de ferme. Il s'agit essentiellement d'une conséquence directe d'un contact avec un conducteur électrique, en l'occurrence, le sol, qui n'a rien à voir avec la radiation. Comparativement aux vaches, les humains courent relativement moins de risques de souffrir des effets de la tension parasite, en raison de leur résistance supérieure au courant électrique. Les effets de l'électrocution et de l'exposition au courant électrique ont également été étudiés à fond chez les humains, et de nombreux ouvrages traitent du sujet. L'un d'eux, un livre de 560 pages de J. Patrick Reilly intitulé Applied Bioelectricity: From Electrical Stimulation to Electropathology (Springer-Verlag New York Inc., 1998), renvoie à quelque 1000 ouvrages de référence publiés sur la question de l'interaction corps humain-électricité.

Quant aux autorités compétentes en matière de tension parasite ou de courant à la terre, chaque province compte sa propre organisation responsable de la sécurité en matière d'électricité. Il peut s'agir d'un ministère ou d'un organisme gouvernemental, chargé d'élaborer et d'appliquer des normes et des procédures pour prévenir les risques liés au contact avec l'électricité. À Terre-Neuve-et-Labrador, cette responsabilité revient au ministère des Services gouvernementaux.

Question 16

D'après les renseignements que j'ai joints à la présente pétition, au moins quatre-vingt-huit personnes sont mortes et de nombreuses autres ont souffert de cancer alors qu'elles vivaient à proximité de transformateurs ou de lignes électriques à Terre-Neuve-et-Labrador. Combien de personnes devront encore mourir avant que les autorités responsables n'interviennent et ne commandent une étude indépendante sur les risques associés aux transformateurs et aux lignes électriques, ainsi qu'aux autres sources de rayonnement électromagnétique?

Réponse de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC)

Comme il a déjà été mentionné, les données scientifiques ne permettent pas, à ce jour, de conclure avec certitude à une relation entre le cancer et les champs électromagnétiques.

Appendix 1

Études réalisées à Santé Canada sur les champs électriques et magnétiques (CEM) de fréquences extrêmement basses (ELF)
McNamee, J. P., P. V. Bellier, V. Chauhan, G. B. Gajda, E. Lemay et A.  Thansandote
. « Evaluating DNA damage in rodent brain after acute 60 Hz magnetic-field exposure », Radiat Res., vol. 164, no 6 (décembre 2005), p. 791-797.

Vijayalaxmi, J. P. McNamee et M. R. Scarfi. « Comments on: "DNA strand breaks" by Diem et al. », [Mutat. Res., vol. 583, (2005), p. 178-183] et Ivancsits et coll. [Mutat. Res., vol. 583 (2005), p. 184-188], Mutat Res., vol. 603, no 1 (31 janvier 2006), p. 104-106.

McLean, J. R., A. Thansandote, J. P. McNamee, L. Tryphonas, D. Lecuyer et G. Gajda. « A 60 Hz magnetic field does not affect the incidence of squamous cell carcinomas in SENCAR mice », Bioelectromagnetics, vol. 24, no 2 (février 2003), p. 75-81.

McNamee, J. P., P. V. Bellier, J. R. McLean, L. Marro, G. B. Gajda et A. Thansandote. « DNA damage and apoptosis in the immature mouse cerebellum after acute exposure to a 1 mT, 60 Hz magnetic field », Mutat Res., vol. 513, no 1-2, (15 janvier 2002), p. 121-133.

McLean, J. R., A. Thansandote, D. Lecuyer et M. Goddard. « The effect of 60-Hz magnetic fields on co-promotion of chemically induced skin tumors on SENCAR mice: a discussion of three studies », Environ Health Perspect., vol. 105, no 1 (janvier 1997), p. 94-96.

McLean, J., A. Thansandote, D. Lecuyer, M. Goddard, L. Tryphonas, J. C. Scaiano et F. Johnson. « A 60-Hz magnetic field increases the incidence of squamous cell carcinomas in mice previously exposed to chemical carcinogens », Cancer Lett., vol. 92, no 2 (8 juin 1995), p. 121-125.

Scaiano, J. C., N. Mohtat, F. L. Cozens, J. McLean et A. Thansandote. « Application of the radical pair mechanism to free radicals in organized systems: can the effects of 60 Hz be predicted from studies under static fields? » Bioelectromagnetics, vol. 15, no 6 (1994), p. 549-554.

Stuchly, M. A., D. W. Lecuyer et J. McLean. « Cancer promotion in a mouse-skin model by a 60-Hz magnetic field: I. Experimental design and exposure system », Bioelectromagnetics, vol. 12, no 5 (1991), p. 261-271.

McLean, J. R., M. A. Stuchly, R. E. Mitchel, D. Wilkinson, H. Yang, M. Goddard, D. W. Lecuyer, M. Schunk, E. Callary et D. Morrison. « Cancer promotion in a mouse-skin model by a 60-Hz magnetic field: II. Tumor development and immune response », Bioelectromagnetics, vol. 12, no 5 (1991), p. 273-287.

Stuchly, M. A., J. R. McLean, R. Burnett, M. Goddard, D. W. Lecuyer et R. E. Mitchel. « Modification of tumor promotion in the mouse skin by exposure to an alternating magnetic field », Cancer Lett. vol. 65, no 1 (31 juillet 1992), p.1-7.

Stuchly, M. A. et D. W. Lecuyer. « Exposure to electromagnetic fields in arc welding », Health Phys. vol. 56, no 3 (mars 1989), p. 297-302.

Stuchly, M. A., J. Ruddick, D. Villeneuve, K. Robinson, B. Reed, D. W. Lecuyer, K. Tan et J. Wong. « Teratological assessment of exposure to time-varying magnetic field », Teratology, vol. 38, no 5 (novembre 1988), p. 461-466.

Stuchly, M. A. et D. W. Lecuyer. « Survey of static magnetic fields around magnetic resonance imaging devices », Health Phys. vol. 53, no 3, (septembre 1987), p. 321-324.

Stuchly, M. A. et D. W. Lecuyer. « Induction heating and operator exposure to electromagnetic fields », Health Phys. vol. 49, no 5 (novembre 1985), p. 693-700